Yves Carignan
Président - D.G.
Dessins Drummond Inc.

Blogue en Plan

Architecture, Gestion, Conférences, Stratégies, Affaires, Actualité

In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player



Archive du mois de octobre, 2008

J’ai un peu misère avec ma française…

Écrit par Yves Carignan @ 11:34
Filed under: Affaires,Architecture,Humour,Opinion

Une chose qui me fascine dans ce monde de consommation, c’est lorsque des entreprises anglophones tentent de développer le marché francophone en traduisant mot à mot leurs publicités et textes web anglais.  Si vous regardez LCN, vous êtes à même de le constater avec les baignoires Premier, le « ShamWOW! » ou le bidule qui enlève les poils des visages féminins, les traductions sont épouvantables!

Je voue un grand respect aux anglophones qui tentent de parler français et je les admire de faire ces efforts.  Cependant, les entreprises ne peuvent se tromper dans leur marketing dédié à un marché utilisant une autre langue.

Nous avons tous eu une expérience sympatique en tentant de lire un manuel d’instruction traduit de l’anglais au français;  après, on se demande pourquoi les québécois ne lisent pas les menuels d’instructions !!!  De se tromper une fois le produit acheté, c’est un peu moins pire.  Mais de se tromper dans son marketing, ce n’est pas très recommandé !

Je vous propose ici un petit chef d’oeuvre de traduction qui vous fera crouler de rire, j’en suis certain !  Une entreprise américaine du nom de Cool House Plans, qui est un de nos distributeurs Web aux États-Unis, tente de percer le marché francophone en traduisant son site en français

 Vous pourrez ainsi lire des choses comme:

  • « Ce plan de maison est conçu avec la galette, le crawlspace, et les options de base de crawlspace de sous-sol de combinaison »
  • « Le porche de bouclage offre des vues de trois côtés de ce plan d’étage »
  • Vous aurez aussi un choix incomparables de « plans de garage de voitures » !!
  • « La modification d’un de nos plans est simple et coût-efficace, et te permettra de créer la maison de vos rêves »
  • Sans oublier le fameux: « Les plans à la maison qui qualifient pour des constructions illimitées autorisent. « 

 Je vous laisse vous amuser !  De toutes façons, vous savez où trouver les plus belles maisons et ce, dans des termes que vous comprendrez !!  ;o)

 

 

 

Avez-vous déjà eu la chance de visiter une maison de 1 Milliard $ ?  Le magazine américain Forbes vous propose  cette maison, avec photos .

Mon opinion ?  Majestueux, stupéfiant, impressionnant…  Question de goût, me semble que mon extérieur aurait été plus beau avec ce budget !!!

Qu’en dites-vous ?

 

 

Autre exemple de service à la clientèle

Écrit par Yves Carignan @ 2:11
Filed under: Non classé

Paul Gendron, un de nos employés chez Dessins Drummond et fidèle lecteur de mon blogue, m’a transmis ce petit bijou de service à la clientèle suite à la lecture de mon dernier billet!…

Pour vous mettre dans le contexte, notre équipe au T.I et au Web a fait l’acquisition d’un missile launcher qui se branche via une connection USB.  À force de l’utiliser lors des pauses, (bien entendu !) le missile s’est malencontreusement brisé et s’est bloqué…  Paul a alors envoyé un courriel au service à la clientèle de l’entreprise distributrice et je vous offre leur réponse:

« Dear Paul,

Thank you for your reply.

Our technical support team studied this problem, this is a mechanical problem, and it’s very possible the motor has been blocked by some reason. For release the motor from blocked, need knock it at table (it’s best there is soft pad on table), or disassemble it and hand move the shaft of the motor which response the firing. But I am not suggest you to do it by yourself, As knock the product may caused other damage to the product, and you could not assemble it back if you disassemble it. So, I suggest you return the product to the store or contact with our Customer Service (sales@dreamcheeky.com) for replacement. 

Thank you for your enquiry if have any inquiry regarding our USB products please feel free to contact us.

Thank you &
Best Regards,

Windy Chan
Dream Link Customer Support »

Vous avez bien lu !…  Frapper le produit sur une table mais attention, à force de frapper, vous pouvez le briser !!!  J’aimerais bien parler à l’ingénieur technique qui a trouvé cette solution !…  Malgré le fait que je sois un adepte de cette méthode avec certains articles (cellulaires, souris d’ordi, télécommande de télévision), je serais un peu gêné de la proposer à une clientèle suite à une analyse de notre équipe technique !!!…  Ça démontre la profondeur de l’équipe…

De plus, l’adresse e-mail qu’ils ont donné à Paul, sales@dreamcheeky.com , est exactement l’adresse que Paul a utilisé pour poser sa question !  C’est donc dire que la personne pouvait lui répondre directement mais espère sans doute qu’une autre personne hérite du problème…

Au moins, ils ont répondu rapidement !… 

 

 

Exemple de service à la clientèle nul !

Écrit par Yves Carignan @ 4:54
Filed under: Affaires,Gestion,Opinion,Personnel

Un autre titre accrocheur !…  En tout cas, je peux vous avouer que je me suis « accroché » à ma mince patience car j’ai vécu une expérience de service à la clientèle horrifiante!  Suite à une réflexion, j’ai décidé de bloguer à ce sujet afin de connaître votre opinion;

L’histoire, à la base banale, commence par le bris d’un lave-vaisselle le samedi 13 septembre dernier.  On communique avec l’entreprise qui nous a vendu le produit et qui offre le service de réparation.  Je sais que vous aimeriez connaître cette entreprise mais je ne la nommerai pas !!!   Elle oeuvre dans la vente d’électroménagers et sont bien connus.  S’ils ne se reconnaissent pas, qu’ils regardent mon nom dans leurs dossiers, ils verront que je suis un bon client…  un ancien client, à partir d’aujourd’hui.  C’est tout ce je dirai, à moins que mon avocat me donne un peu de laisse !

Comme nous sommes le samedi, il n’y a pas de service.  Nous laissons donc un message afin qu’ils nous rappellent.  Nous avons passé le week-end à laver la vaisselle à la main et, avec trois enfants, ce n’est pas ce qu’il y a de plus agréable !!!  Je sais, nos mères sont des saintes d’avoir effectué ces tâches à la main !  Mais nous sommes en 2008 et le lave-vaisselle est un service essentiel alors, je veux un lave-vaisselle ! 

Le lundi 15 septembre, 8h50, nous décidons de les appeler afin de nous assurer qu’ils viennent régler notre problème rapidement.  À notre grande surprise, quelqu’un répond;  nous expliquons notre problème et la personne au bout du fil nous répond sèchement « nous ne sommes pas encore ouverts!  rappelez à 9h00!… »  Pourquoi tu réponds d’abord ?  Imbécile…

Pour être certain de ne pas trop les déranger, Marie-France les contacte à 9h30…  On nous répond que le technicien ne pourra venir avant mercredi !  Ma conjointe est douce et agréable mais elle a ses limites…  Elle négocie ardemment et finit par avoir un technicien pour le mardi 16 septembre.  Le technicien vient, fait ses tests et nous annonce que le board électronique est brisé.  Nous devons en commander un autre chez le fabricant…  Je n’aime pas me faire dire, dans la même phrase « Électronique-brisé-pièce-commander-fabricant »…  Ces 5 mots mis ensembles ne sont jamais de bonne augure.  Cela signifie souvent « Délai-patience-déresponsabilisation » !  Nous sommes alors soulagés de 100,17$ pour l’appel de service.

la pièce fut commandé le jour même !  WaW !…  On nous dit que cela devrait prendre environ 3 jours à la recevoir « puisque le distributeur l’a en stock » (une autre phrase que vous ne devez jamais croire…)  3 jours plus tard nous amènent donc au samedi 20 septembre; ils sont fermés…  Nul besoin de vous dire que l’on lave la vaisselle à la main depuis une semaine… 

Le lundi 22 septembre, je communique avec le département de « service » afin de m’enquérir de la situation de ma « pièce en stock chez le distributeur »…  On me dit que leur centre de distribution ne l’a pas reçu mais qu’ils feront la vérification et me rappelleront.  Devinez quoi ?  Ils ne m’ont pas rappelé…  Je me suis donc présenté au comptoir de « service » le lendemain, 23 septembre, afin de connaître la situation.

Jean-François (les noms sont réels), qui est en train de raconter sa game de hockey de la veille à son chum au téléphone me fait signe qu’il sera à mon « service » dans quelques minutes…  Il y a quand même des priorités dans la vie !!!  Une fois qu’il termine son importante conversation, je lui demande ce qu’il arrive de ma « pièce en stock chez le distributeur ».  Il tapote son ordi pour me dire que « la pièce commandée n’avait pas le bon numéro et que le nouveau numéro n’est pas dans leur système, bla, bla, bla, bla, …  (2 ou 3 minutes passent) ce qui fait que ce n’est pas de ma faute! »  Ok…  Qu’est-ce que tu fais maintenant ?  « Je vais vérifier plus loin et je vous rappelle ».  Merci.

Devinez quoi ?  Il ne me rappelle pas!  Je lui laisse quand même 24 heures et les contacte de nouveau le jeudi 25 septembre;  Jean-François est occupé alors, c’est Réal qui me répond on me raconte toujours que la supposée « pièce en stock chez le fournisseur » n’est pas arrivé à leur entrepôt.  « On vérifie et on vous rappelle… »  Il m’a rappelé !!!  Je sautais de joie !  Il me dit qu’il n’a pas plus d’information à me fournir et qu’il vérifiera cette situation…  Je ne suis pas plus avancé dans mon problème mais au moins, j’ai le sentiment que quelqu’un a travaillé pour moi !  Je ne suis qu’un @%?&/ de client après tout !…

Le 26 septembre, toujours pas de nouvelle, je rappelle;  c’est Réal qui me répond (on est devenu intime depuis le temps…) et me reconnaît.  « Oui M. Carignan, plaque électronique, lave-vaisselle Bosch… »  C’est bien moi !  Toujours pas de nouvelle de votre « pièce en stock » et notre système est planté!  Je vous rappelle.  Pas reçu d’appel…

Le lundi 29 septembre:  je rappelle Réal et me raconte la même histoire en plus de me répondre: « je ne pourrai pas vous parler longtemps, je suis seul et le téléphone ne dérougit pas ! »  – Je comprends mon Réal…  Pouvez-vous au moins me donner du savon à laver la vaisselle car j’ai épuisé mon stock d’urgence depuis que j’attends après votre « service »?…

Je rappelle donc le mardi 30 septembre (ça fait deux semaines que nous sommes « dishwasherless ») et ma pièce en stock est toujours introuvable…  Au moins, on avance:  l’entrepôt ne l’a pas reçu mais le fournisseur l’aurait expédié de Toronto…  Ma pièce doit donc se retrouver quelque part sur la 401, dans la calèche d’un livreur car ça fait deux semaines qu’elle est supposée être expédiée !

Mercredi Matin (je me sens comme dans la comptine  de Carmen Campagne du roi, de la reine et du petit prince!) le 1er octobre, je tente de rejoindre Réal mais il est absent.  C’est Jocelyn qui me répond et me dit que la pièce est arrivée !!!!  Il me dit « nous étions pour vous appeler… »  Vu que tu es nouveau dans le dossier, Jocelyn, je te laisse le bénéfice du doute !  Il m’offre alors de fixer un moment pour la réparation; je saute sur l’occasion et on fixe ce vendredi 3 octobre.  Je lui demande à quelle heure, il me répond: « on ne fixe pas d’heure, soyez chez vous vendredi matin… »  je ne l’obstine pas car je veux régler le problème au plus sacrant ! 

Le jeudi 2 octobre, une gentille dame appelle Marie-France en lui disant: « Bonjour madame, c’est pour planifier votre réparation dans notre horaire ! »  Marie-France lui dit que tout est déjà planifié depuis la veille car Jocelyn avait confirmé le tout.  Elle répond « Ah…  Je n’étais pas au courant… »  Comme sa réponse n’est pas rassurante, Marie-France lui demande de s’assurer que tout est en ordre et, effectivement, elle confirme que le technicien sera chez nous vendredi matin, sans faute.

Le vendredi 3 octobre arrive et le technicien se présente à 9h00.  Marie-France et moi avons un sentiment que rien ne fonctionnera mais nous gardons la foi !…  Comme prévu, la phrase clichée sort!:  « Le fournisseur ne nous a pas envoyé la bonne pièce…  En plus, je vois que votre pompe est sur le point de lâcher!  »  Lisez bien celle-là!:  Le technicien est venu et avait la pièce dans une boîte non-ouverte encore.  Il commence par sortir le lave-vaisselle de son compartiment et il démonte la pompe au complet.  Une fois ce travail complété, il ouvre la boîte et découvre la pièce électronique.  Il dit alors: « Je n’ai pas la bonne pièce ?  C’est bien votre pompe qui est brisée? »  Marie-France lui dit alors: « Non, vous nous avez toujours parlé d’un board électronique! »  Il répond: « Ah…  mais de toute façon, votre pompe ne fonctionne sûrement pas bien regardez! » et il montre la pièce à Marie-France comme si elle allait dire « Bin voyons!  T’es dans l’champs !  Elle est correcte cette pompe là, el grand ! »  J’ai la vulgaire impression de me faire fourrer !…  Comble de malheur, la pièce électronique qu’il ne se souvenait pas d’avoir commandé, ne fut pas programmé chez le fournisseur !  Vous savez, tous ces termes qui veulent dire « je ne comprends rien mais je te dis pleins de mots pour que tu sentes que je connais mon métier! ». 

Marie-France, constatant que rien ne fonctionnera aujourd’hui, lui demande le délai pour cette « nouvelle pièce »…  Il répond « Ce ne sera pas long, je vais mettre un rush là-dessus! »…  Ça ne te tentait pas d’en mettre un rush il y a trois semaines ?…  Et il quitte avec un chèque de 38$ pour le service du « nouveau bris » et nous demeurons sans lave-vaisselle.  Ce n’est que pour quelques jours, le technicien a mis un rush dessus. 

Notre lave-vaisselle demeure donc inutilisable et là on se demande:  « Est-ce qu’on le pitch au bout de nos bras et on s’en achète un autre ? »  Mon instinct prompt me dit « oui, vas-y » et ma tête cartésienne me dit: « attends donc un peu… ».  Ma curiosité me pousse également à aller au bout avec cette bande d’incompétents afin de savoir jusqu’où ils peuvent pousser le ridicule de leur service… C’est ce que nous faisons.

Lundi le 6 octobre, je communique avec mes « zamis ».  Je tente de les rejoindre et personne ne répond… Je laisse donc passer quelques jours car le mardi 7, je n’ai pas le temps de les contacter.

Le Mercredi 8 octobre, je suis sur la route à visiter des clients avec Mario, notre directeur des ventes et je tente de les rejoindre…  Je dois me reprendre à 4 reprises pour finalement avoir une réponse.  On me dit que la pièce est arrivée et que l’on passera nous voir samedi matin !  Yé !!!  La question que je me pose est si je n’avais jamais appelé, quelqu’un  m’aurait-il contacté ?… 

Le samedi 11 octobre, notre ami technicien revient pour la troisième fois.  Il est confiant;  pas nous !  Il installe la nouvelle pièce électronique et me dit alors: « ta prise de courant ne fonctionne pas ! »  Je vais voir le breaker au sous-sol et rebranche le tout.  En remontant, je lui dit que tout est Ok et que nous pouvons brancher le lave-vaisselle.  En le branchant, on entend un « paf! »…   Il regarde alors le « nouveau » board électronique et celui-ci vient de sauter !…  Là, c’en est trop !  Je lui dit de tout arrêter, lui demande combien je lui dois et l’invite gentilement à foutre le camp !

L’après-midi même, Marie-France et moi nous rendons chez Corbeil, le compétiteur, afin d’acquérir un nouveau lave-vaisselle qui fut livré le lendemain et installé le mardi 14 octobre.  Tout fonctionne !  150$ pour rien en réparation et en mauvais service !  1 000$ pour un nouveau lave-vaisselle silencieux !…  Le vieux fut quelque tabassé et remis au livreur de chez Corbeil.

Voici donc ma conclusion et mes conseils aux dirigeants de cette entreprise qui sauront se reconnaître (je leur enverrai le lien de mon blogue de toute façon):

  1. Contacter mon ami Félix Laventure de l’École de la vente professionnelle qui se fera un plaisir de vous offrir une formation sur le suivi adéquat de la clientèle…
  2. Le client déteste demeurer sans nouvelle, si vous prenez du retard ou si vous ne pouvez lui garantir une date, dites-lui, il comprendra.
  3. Tenez votre client informé du déroulement du dossier, il appréciera
  4. Faites ce que vous dites;  si vous dites que vous rappellerez, faites-le, sinon, le client ne vous prendra pas au sérieux (fiez-vous sur moi!)
  5. Lors de la prise de rendez-vous, si vous ne pouvez fixer une heure précise au client, offrez-lui de lui téléphoner 30 minutes avant de vous déplacer.  Il pourra ainsi aller travailler et revenir à la maison au moment de votre appel.  Il sentira que vous avez à coeur son travail et que vous comprenez qu’il ne peut perdre un avant-midi à attendre après un technicien qui se pointera à 11h45 en s’excusant…
  6. Si vous ne pouvez mettre en application les 5 premiers points, vous serez parmi ceux qui se plaindront un jour du fait que les clients ne sont pas fidèles et qu’ils ne recherchent que des prix !!!  On ne peut vanter votre service alors, on regardera les prix à l’avenir !

Nul besoin de vous dire que cette entreprise vient de perdre un client fidèle.  Je suis déçu de voir ce fleuron se dégrader de cette façon et si je prends le temps de l’écrire, c’est que d’autres m’en parlent.  J’ai encore des appareils sur garantie chez ce détaillant… je ne suis même pas certain que je les contacterai si un bris survient…  Est-ce mieux ailleurs ?…  Chers lecteurs, laissez-moi connaître votre opinion !

Je m’adresse maintenant à nos clients de Dessins Drummond;  si jamais vous vivez pareille situation avec notre entreprise ou une de nos agences, vous n’avez qu’à me faire parvenir un courriel en cliquant sur le lien « Parlez au Président » , lien qui se retrouve sur la page d’accueil de notre site.  Les messages se dirigent vers moi et il n’y a que moi qui y répond.  Je vous garantis un suivi ainsi que des solutions.  Nous ne pouvons garantir la perfection mais je n’accepterai jamais qu’un de nos clients soit traités comme je fus traité avec mon lave-vaisselle !  Vous êtes importants et nous serons toujours là pour vous servir.

Au plaisir et avant d’acheter, assurez-vous qu’il y a du service !

 

Élections Fédérales 2008 – Post-Mortem

Écrit par Yves Carignan @ 10:15
Filed under: Actualités,Développement,Opinion

Comment ne pas conclure sur ce sujet qui a alimenté nos discussions au cours der dernières semaines ?  comment je perçois le tout ?  Je vous dirais « prévisible » !!!

Le Bloc est demeuré l’option #1 des québécois et on voit que leur appui diminue quelque peu au fil des ans.  Je vous dirais que j’ai voté pour le Bloc à chacune des élections précédentes; sauf cette année!   Je me disais que nous devions donner une chance à Stephen Harper et sa troupe de gérer un gouvernement majoritaire .  Je me suis fait questionner par des parents et amis et les échanges furent très intéressants !  Pas de chicane !…  je me tiens avec des gens convaincus mais pas bornés ! 

Je tiens à préciser que ce n’est pas parce que tu votes pour quelqu’un que tu appuies 100% de tout ce qu’il propose !!!  Certaines choses me tracassent dans les idées des conservateurs « rigides » mais je me dis qu’une loi ne peut passer sans que la majorité de la Chambre des Communes vote pour !  Alors, on se calme.

Je n’ai pas voté Bloc car leurs priorités ne me touchent aucunement et le sacro-saint discours des « valeurs québécoises » de Duceppe me tape passablement sur les nerfs.  Je pense que le Bloc avait sa raison d’être mais que les temps changent et que nous devons construire avec ce que nous avons, tel que cité dans mon dernier billet.  Savez-vous, je me suis convaincu de cela spécialement hier lorsque M. Duceppe a parlé des priorités du Bloc pour les prochaines semaines:

  1. S’assurer que le Québec ne sera pas obligé de se soumettre à la nouvelle loi proposée par les Conservateurs sur les jeunes contrevenants
  2. S’assurer que le gouvernement ne retirera pas les 45 millions aux artistes… 

Quelqu’un peut-il expliquer à Gilles Duceppe que la planète regarde présentement à éviter une crise économique mondiale ?  Merci…  Ses priorités me confirment donc que j’ai bien fait de changé mon vote cette année.

Je fus impressionné par Jack Layton;  il dirige le NPD avec une conviction solide et ses entrevues sont toujours intéressantes.  J’ai hésité…  J’aime bien M. Layton; il ferait une bonne opposition officielle. Cependant, son équipe (…) et sa volonté de ne pas accorder les baisses d’impôts prévues par les conservateurs aux entreprises canadiennes m’ont fait changer d’idée.  Certains diront « On sait bien, il gère une entreprise et tout ce qui compte, c’est l’argent ! ».  Et bien sachez, chers amis, que dans un contexte actuel aux USA, de la situation canadienne incertaine et dû au fait que nous devons continuer d’investir dans de nouveaux équipements et dans le développement de nouveaux marchés afin de maintenir des emplois au Québec ainsi que la croissance de notre entreprise, oui, je ne pense qu’à l’argent et j’aime les baisses d’impôts!!!  Quelqu’un est contre ?

En ce qui concerne Stéphane Dion, l’homme qui a dit qu’il n’abandonnerait jamais son poste dans le cas d’une défaite électorale, je crois que certains bonzes du parti Libéral à Toronto sauront lui faire changer d’idée…  Allez Stéphane, merci de tes « excellents » services et désolé de n’avoir rien compris à ton message !  Le plaisir commence car le prince héritier « Justin » s’en vient !…  Je vous garantie qu’il sera chef d’ici 5 ans et premier ministre un jour !  Non pas que je le souhaite, oh que non !  On pari ?

Concentrons-nous sur l’économie, le développement en respect le plus possible avec l’environnement et la création de la richesse; le reste viendra bien assez vite ! 

 

 

 

Je vous écris ce billet ce soir car la campagne électorale fédérale en est à son sprint final et que je m’y intéresse vraiment;  j’aime bien savoir quel être suprême gérera mes impôts !…

Je vous le dis immédiatement, je suis confus dans cette campagne et, comme les gens aiment bien connaître qui ils lisent, voici mon profil:  Je maîtrise les deux langues (c’est Justin qui sera fier de moi!) et je n’ai pas de confilts avec les anglophones.  J’ai voté « OUI » en 1995 et je l’ai dit à qui voulait l’entendre.  Admettons que je n’ai pas de problème avec « L’Ouverture » du 2.0 !  je suis fier d’être québécois mais moins de notre volonté de réussir…  On dort au gaz ici hein ?

La quarantaine approchant, je me pose des questions face à notre défi de société;  notre province est assise sur des richesses incroyables mais nous sommes gérés par des gens qui n’ont pas de volonté et qui se laisse mener par des groupes de pression qui ne veulent pas de projets qui polluent mais veulent beaucoup de service qui coûtent chers .  Si j’allais comme premier ministre, voici ce que je proposerais:

  1. On développe au maximum notre potentiel hydro-électrique afin de créer de la richesse dans cette province.  Au diable les belles photos de Roy Dupuis assis sur une roche et voulant protéger une rivière qu’il ne verra qu’une seule fois dans sa vie !  Tasse-toi Roy, on monte le niveau de l’eau !
  2. Une fois que cette eau est passée à travers les 4 barrages, on la met dans des bouteilles et on la vend sans sur-exploiter la ressource.  C’est ce que j’appelle de l’efficacité !  On pousse à fond dans l’éolien et le solaire;  j’y crois fermement.
  3. On démarre la recherche afin d’exploiter le potentiel gazier du Golfe St-Laurent.  Oui, il y a des hydro-carbures dans le golfe et dans la Vallée du St-Laurent!  Semble-t-il qu’il y en aurait pour plus de 40 milliards $…  Certains nous parleront du dommage causé aux 3 bélugas de cette région mais que voulez-vous, ils iront ailleurs.  Attention !  Faudra négocier avec le fédéral car l’eau appartient à Ottawa !…

Une fois tout cela réglé, on arrêtera de recevoir de la péréquation et on pourra penser à être autonome, si nous y voyons toujours un avantage !  Mais en ce moment, ce n’est pas le cas:

  • On vit aux dépens du fédéral car on reçoit de la péréquation depuis trop longtemps
  • On se plaint et on se fait menaçant auprès du fédéral avec le déséquilibre fiscal
  • On ne fait rien, mais absolument rien pour créer de la richesse afin de réparer convenablement nos routes, se doter d’un système de santé avec service et médecins, d’écoles où les toits ne tombent pas sur la tête de nos enfants et où l’on pourrait partager une richesse, comme dans la « méchante Alberta qui pollue » !

À ce moment-ci de la campagne, je n’en reviens pas de la propagande de peur qui est faite sur le dos de Stephen Harper.  Tout le monde est sur son dos et on le décrit comme la pire chose à être arrivée sur terre après la bombe nucléaire.  Certains le comparent même à Hitler !  Ça va pas !?

Toutes les publicités de tous les parties frappent de façon débile sur Harper;  même Denis Coderre s’y met !…  Mettons que de se présenter pour le partie qui nous a passé le programme des commandites, je me garderais une petite gêne… 

Je n’aime pas les campagnes de peur;  je me sens comme dans le 19e siècle alors que l’Église Catholique clamait haut et fort que « Le ciel est bleu et l’enfer est rouge! » afin de convaincre les fidèles de ne pas voter libéral.  Lors du référendum de 1980, on nous disait que la souveraineté du Québec nous rendrait comme Cuba car personne ne voudrait faire affaires avec un Québec souverain !  Même chose avec celui de 1995;  l’argument simpliste du « passeport canadien » de Jean Charest m’avait convaincu de voter « OUI » !!!! 

Là, nous avons le spectre du méchant Harper…  J’ai regardé rapidement le site Web du Parti Conservateur et rien ne nous conduit au cataclysme…  je n’aime pas le ton de Gilles Duceppe qui semble toujours sur le point d’exploser d’indignation et Stéphane Dion…  que dire de plus…  Même le sympatique Layton parle de Harper comme le prochain antéchrist alors qu’il devrait se concentrer à frapper les Libéraux afin de devenir une très intéressante opposition. 

Je suis un peu ado lorsque l’on tente de me faire peur avec quelques chose…  Quand plein de gens vous disent de ne pas faire quelque chose, n’êtes-vous pas, quelques fois, poussés à l’essayer quand même ?!!!  Cependant, étant un ardent défenseur des droits d’auteurs, je n’aime pas entendre que Stephen Harper et son équipe « pigeaient » dans les textes des autres !…

Convainquez-moi, je suis encore influençable !

 

 

 

Les coupures de subvention aux artistes…

Écrit par Yves Carignan @ 12:02
Filed under: Actualités,Affaires,Gestion

Il y a plusieurs semaines que je désirais écrire à ce sujet et, en me promenant sur les sites des différents blogueurs, je suis tombé sur cet excellent billet de Stéphane Guérin qui résume à 100% ma pensée !  Alors, pourquoi réécrire alors que quelqu’un l’a très bien expliqué ?  Félicitations Steph.

Après mûre réflexion, je me suis rendu compte que notre entreprise oeuvre dans la culture et les arts puisque ce que nous produisons est protégé par la loi canadienne sur les droits d’auteurs.  Est-ce que je peux obtenir des subventions aussi facilement que le festival du boudin ?  Je peux garantir au gouvernement qu’ils auront un bon retour sur leur investissement;  je n’ai qu’à regarder les impôts que nous payons et ce serait facile de les convaincre !

Ce qui me choque dans ce dossier est que les artistes parlent des entreprises subventionnés comme si c’était comparable à leur situation;  Lorsque l’on subventionne Bombardier, ils vendent leurs produits à l’étranger et ramènent des capitaux ici.  On créé alors de la richesse.  Lorsque l’on subventionne une pièce de théâtre, on ne fait que déplacer des gens vers une autre oeuvre artistique;  le dollar que le consommateur investit à la culture demeure le même, on ne fait que diluer le produit.  J’aime mieux voir 5 pièces de théâtre non subventionnées, qui intéressent le public, que d’en voir 50 qui ne font pas leurs frais.  Les 45 autres feront autre chose pour gagner leur vie, c’est tout.

Notre entreprise a quelques fois tenté d’aller chercher des subventions pour l’exportation et cela fut toujours complexe;  Deux choses pouvaient survenir:  on nous disait que le programme était pour une entrprise manufacturière alors que nous sommes une entreprise de service.  Ce faisant, on se tournait vers les autres programmes pour entreprises de services où on nous disait que notre entreprise était manufacturière parce nous transformons nos idées et les mettons sur un « produit fini » (Lire un plan…). 

Nous avons rapidement décidé de ne pas attendre après le gouvernement et de travailler à développer de nouveaux produits et services et d’aller chercher du financement auprès de notre banque qui nous a toujours appuyés.  Ça fonctionne !!!!

Mes chers amis « artistes », ça ne vous tente pas de faire comme nous ?  Je suis tanné de vos doléances sur toutes les tribunes (car tous les réseaux de télé vous donnent une grande importance) et je n’écoute plus « Tout le Monde en Parle » car je suis tanné de vous entendre vous plaindre.

Merci M. Harper.

Au cours des derniers jours, j’ai fait le ménage des différents magazines reliés à la construction que je reçois de partout dans le monde.  On y trouve des articles intéressants que je n’ai jamais le temps de lire mais, quelques fois, je m’arrête pour regarder les nouveautés de notre industrie.

Je me suis arrêté sur un article du magazine Trends publié par le Ontario Home Builder Association qui traite de plusieurs nouveautés dans le marché.

Une de celles-ci est le Rain Water Pillow de la compagnie du même nom.  Je trouve le produit génial d’autant plus que son utilisation est complètement… simple !  Consultez ce lien pour visualiser son utilisation.

Comme son nom l’indique, le rain water pillow est un gros oreiller de 10′ x 10′ qui recueille les eaux de pluie jusqu’à concurrence de 1000 gallons.  Vous pouvez ensuite brancher vos boyaux d’arrosage à ce « pillow » pour arroser vos plantes, gazons, jardins, et même la voiture puisque le produit est muni d’un filtre !  Vous pouvez même le connecter à votre système d’irrigation automatique !  Bien entendu, vous devez ranger le tout durant la saison froide.

Vous voulez poser un geste simple ?  c’est le genre de produit que nous pourrions tous avoir;  Imaginez la quantité d’eau potable que nous aurions pu sauver avec l’été de pluie que nous avons eu !  Nous aurions pu vendre nos poches d’eaux aux pays en sécheresse !  C’est vrai, j’oubliais que c’est péché de faire de l’argent avec de l’eau au Québec

 

Mon coup de coeur de ce mois-ci va à l’ami Luc Doyon, psychologue, conférencier, coach, et tout ce qui est bon pour l’humain, qui vient de mettre en ligne son nouveau site web et qui est devenu blogueur sur des thèmes touchant ses champs d’expertise.  J’ai déjà parlé de Luc ici.

Je ne ferai pas de critiques élaborées sur le site lui-même car je ne suis pas un expert technique.  Je ferai encore moins de commentaires sur les créateurs de ce site … 

Je veux parler du positif, soit l’être humain derrière Luc Doyon, un gars que je connais depuis presque 10 ans et avec qui j’ai travaillé avec tout le groupe de Dessins Drummond.  Plusieurs de ces thèmes proposés furent travaillés avec notre équipe et nous avons grandement apprécié son aide.  Luc est un professionnel attentionné, disponible, qui n’hésite pas à aider les gens autour de lui.

Je veux aussi attirer votre attention sur son blogue !  Bien qu’il ait commencé à bloguer en mars, je viens seulement de l’apprendre !  Tu as raison Luc, on est dû pour un lunch !! 

Je vous invite à le lire et à vous abonner à son fil RSS (et au mien aussi !) afin de suivre ses billets au fur et à mesure qu’ils sont écrits.  Vous ne serez pas déçu ! 

Yves

 



Recevez les billets par courriel!


Propulsé par FeedBlitz

Suivez-moi sur...

octobre 2008
L M M J V S D
« Sep   Nov »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031