Yves Carignan
Président - D.G.
Dessins Drummond Inc.

Blogue en Plan

Architecture, Gestion, Conférences, Stratégies, Affaires, Actualité

In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player



Archive du mois de octobre, 2014

Photo prise au Parlement en décembre 2013

Photo prise au Parlement en décembre 2013

Que le temps passe vite !…  Je m’ennuie de bloguer et, comme je le dis souvent lorsque la question m’est posée, on doit prendre le temps de le faire car le blogue demeure le meilleur média social disponible pour une entreprise et son président !  Je dois avouer que je fus un cordonnier mal chaussé ces derniers mois mais il n’est jamais trop tard pour reprendre le collier!

Je suis heureux de faire « un retour » (me semble que j’annonce mon retour à chaque billet depuis un an !!!) en jasant avec vous d’une personne qui a fait un héros d’elle lors des malheureux événements survenus au Parlement d’Ottawa, mercredi dernier, le 22 octobre.

Laissez-moi vous parler de Louis Létourneau, un de mes concitoyens de Windsor, que j’ai croisé à différents moments de ma vie et que j’ai eu le plaisir de retrouver grâce à Facebook.  Ceux qui me suivent via ce média social ont remarqué les hommages que j’ai fait à Louis immédiatement après la tragédie et vont peut-être me trouver fatiguant !!  Je vous comprends!  Mais je tenais à écrire ce billet car les beaux gestes doivent être soulignés, encore et encore !

Ti-Oui, pour les intimes, s’est transformé en héros ce mercredi 22 octobre 2014 en étant un des premiers gardes de sécurité à être intervenu contre le désormais célèbre, Michael Zeaf Bibeau.  Selon ce que j’en ai compris, Louis lui a tiré une première balle et le patron, le sergent d’armes Kevin Vickers, a « fini la job », comme on se dit entre nous.  Oui, il y a eu mort d’hommes et on ne devrait pas s’en réjouir…  Mais là, désolé, je me réjouis car ce fou furieux aurait pu faire encore plus d’innocentes victimes si ce n’avait été de la présence d’esprit de gens comme Louis.

Toujours est-il que Ti-Oui était un gars de Windsor comme moi;  et dans un patelin de 5 000 habitants, tout le monde se connaît et on devient vite le chum de tout le monde !  Ti-Oui était (et est toujours!) plus vieux que moi mais c’était un « plus vieux » sympathique;  vous savez qu’il y a des plus vieux qui aiment écœurer les plus jeunes constamment mais pas lui!  Il était toujours cool avec nous!

Grand sportif, je l’ai surtout connu lors de ma courte carrière de soccer.  Je ne trippais pas vraiment sur ce sport mais lui, il en mangeait et il était bon en tabarouette !  Il était gardien de but, si ma mémoire est bonne, et ils avaient toute une équipe!  Mais Ti-Oui ne se prenait pas pour un autre et il aimait le monde !  Le monde l’aimait aussi !

Dans mon adolescence, je le croisais dans les bars car Ti-Oui était waiter dans quelques endroits que je fréquentais !  Toujours content de nous voir, il se faisait un devoir de venir saluer les « ti-culs » de Windsor qui sortaient à Sherbrooke ou Magog.

Tout d’un coup, PAF!  Plus de Ti-Oui !…  Je l’ai perdu de vue pendant des années (comme plusieurs de mes amis de Windsor) mais un média social du nom de Facebook m’a permis de retrouver beaucoup de bonnes personnes de mon enfance dont Ti-Oui Létourneau !  Au fil du temps, on s’échangeait nos idées, nos niaiseries et nos opinions politiques!  J’avais l’impression de ne jamais l’avoir perdu de vue!  T’sé, un BON GARS!  N’est-il pas vrai qu’un vrai chum, de près ou de loin, est toujours celui que l’on revoit après 10 ou 15 ans et qu’on a l’impression qu’on ne s’est jamais perdus !  Que ledit chum soit un grand chum ou un gars que tu croisais souvent et que tu aimais jaser avec (comme Ti-Oui!), on sent ce côté humain qui fait qu’on « fit » et que c’est facile.

De fil en aiguille, Louis et moi étions en contact fréquemment via Facebook.  Un jour, je suis invité à prononcer une conférence à la Cité Collégiale d’Ottawa afin de discuter d’entrepreneurship et de WEB en entreprise devant un groupe d’étudiants.  Comme j’accepte toujours de donner de mon temps pour les jeunes, ce fut d’autant plus facile d’accepter car j’avais préalablement envoyé un message à Louis en lui demandant s’il allait être disponible pour que l’on se voit.  Il m’a dit: « Viens me rejoindre au Parlement directement!  Je travaille à la sécurité. »  Un beau vendredi en perspective !  D’autant plus que le samedi j’allais voir un match des Sénateurs avec ma belle Marie-France et les garçons, grâce à mon ami Denis Labelle et sa conjointe Marlene !  J’étais donc comblé!

En arrivant au parlement par un matin glacial de décembre, je reconnais Louis de loin par sa carrure!  Je vois son beau coco rasé (On a tous les deux moins de toupet qu’on en avait!) et son légendaire sourire.  Je suis surpris de le voir en complet cravate car je me dis que les gens à la sécurité du Parlement sont habituellement habillés en uniforme, un peu comme un policier.

Louis accueille ma conjointe et mes garçons très gentiment et nous invite à le suivre pour un « tour privé du Parlement ».  Une fois en place, ma curiosité me pousse à le questionner sur son habit versus le costume des autres gardiens.  Il m’explique qu’il est un des gardes armés du Parlement (en me montrant son « gun » discrètement) et que lui et ses confrères sont les premiers intervenants en cas d’urgence.  Waow!  On ne parle plus du même gardien de sécurité que j’avais en tête!  Mais il explique le tout comme un boulanger m’explique comment il fabrique son pain:  calme, solennel, posé et sûr de lui.  Jamais hautain ou « fraîchier » comme on disait par chez nous !

Et là, comme lorsque je suis avec mon bon vieux chum Éric Laurendeau qui est enquêteur à la SQ, je questionne Louis comme une machine car leur métier me fascine!

  • Tu fais quoi à tous les jours?
  • T’es tu déjà servi de ton arme?
  • As-tu une anecdote avec un ministre ?
  • Comment était Chrétien, Martin?  Comment est Harper ?
  • Est-ce que Justin Trudeau te tape sur les nerfs autant qu’à moi ?  (Ok…  Je viens de l’ajouter celle-là!)

Bref, je passe des moments vraiment trippants avec un gars qui connait le Parlement comme le fond de sa poche, qui nous reçoit comme des invités spéciaux et qui nous donne accès à ce que les visiteurs usuel du Parlement lors de cette journée n’avait pas accès.  Marie-France et les garçons adorent et on se sent chanceux de connaître Louis.  J’ai même pu m’asseoir dans la chaise du Président de la Chambre !

Dans la Chaise du vrai Président!

On termine cette visite avec une bonne accolade et on se dit à la prochaine, comme si la vie s’arrangera pour que l’on se revoit assurément…

On continue nos échanges sur Facebook et je continue de lire ces petits textes savoureux à tous les jours !  Il est simple et drôle Ti-Oui!  Et c’est ça Ti-Oui!

Vient la date du 22 octobre où, comme lors des attaques du World Trade Center ou de tout autre événement marquant de notre société, on se souvient tous où nous étions…  Pour ma part, j’étais en meeting toute la journée avec les autres membres de la direction de Dessins Drummond pour notre premier meeting stratégique, en préparation pour l’année 2015.  Un des participants parle d’attaque à Ottawa mais je n’allume pas du tout sur une attaque au Parlement.

En revenant à mon bureau, je vais sur le Web et je vois qu’il s’est passé quelque chose de grave au Parlement…  Je pense à Louis immédiatement et, je ne sais pas trop pourquoi, je vais sur Facebook pour voir s’il est OK.  Je lis sur sa page: « Je suis ok. Vous comprendrez que je ne peut donner aucun détail. Attention toutefois aux informations. »

Nous voilà soulagés, nous, le « P’tit Peuple » qui est ami facebook avec Louis (Il faut être ami Facebook avec lui pour comprendre la notion de « P’tit Peuple »!)!

Par la suite, je lis son statut qui a fait le tour des médias: « Pendant plusieurs années, je me suis imaginé et fabriqué des dizaines de possibilités de scénario en lien avec mes postes de travail. 
– Ok, si un tireur arrive de ce côté, je fais quoi?
– Si plutôt il surgit à partir de là, quelles sont mes options ? 
– Ai-je le temps de dégainer mon arme et faire feu s’il passe par là ? 
Mais voilà qu’hier, la réalité est venue remplacer la fiction. Le premier « bang » m’a fait mettre la main sur mon arme et en une fraction de seconde j’étais prêt à faire un duel avec une seule fin possible… Rester vivant !
Après des échanges de coups de feu à courte distance, mon adversaire a eu tôt fait de constater que même de loin, que malheureusement pour lui…je vise très bien !
Le reste de l’histoire appartient à un homme d’une grande expérience. Il a « fini la job » que certains de mes collègues et moi avions commencer.
Le plus important a retenir est que nous sommes tous rentrer chez nous vers nos familles et que la mission est accomplie…nous sommes vivants !
Bravo à mes collègues qui sont là pour assurer la sécurité de ceux et celles qui franchises les portes du Parlement.
Merci encore à tous ceux et celles qui ont pris des nouvelles et/ou qui ont manifesté leur soutien à mon égard, vos bons mots sont très réconfortants.
Bon jeudi à vous p’tit peuple »

Le reste de l’histoire, vous la connaissez !  Pour en ajouter, samedi dernier, Louis m’écrit via Messenger que la photo que je vous propose au début de mon billet fut utilisée dans le reportage de TVA !!!   Quoi?!!!  et surtout « Pourquoi!? »…  Pourquoi moi, en fait !!!  🙂
Au coeur de la fusillade au Parlement

J’ai écrit à Louis que j’étais fier que cette photo fut utilisée !  Je n’avais aucunement affaires dans ce reportage mais de me voir à côté de lui me fit sourire;  il a fait tout un exploit.  On veut tous être photographié avec nos héros et j’ai eu la chance de l’être avant qu’il ne le soit !!!  J’ai eu la chance de connaître ce gars simple, dévoué, qui semble un excellent père de famille et qui est demeuré le bon gars que j’ai connu.

Louis, tu as agi en héros et la population en entier te remercie.  Tu ne t’attendais pas à autant de soutien et d’attention mais tu les mérites grandement.  On veut tous laisser notre marque au cours de notre vie, poser un geste qui fera la différence ou pratiquer un métier qui fera en sorte que nous serons fiers, que les gens se souviendront de nous.  Tu peux dire: MISSION ACCOMPLIE !

Prends bien soin de toi également;  juste à songer à l’idée que tu aurais pu y rester me glace le sang dans les veines…  J’imagine ce que « Ta Douce » et tes enfants ont pu vivre dans ces moments…

Bravo encore et restes comme tu es!  C’est comme ça qu’on t’aime !   😉

 



Recevez les billets par courriel!


Propulsé par FeedBlitz

Suivez-moi sur...

octobre 2014
L M M J V S D
« Juin   Nov »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031