Yves Carignan
Président - D.G.
Dessins Drummond Inc.

Blogue en Plan

Architecture, Gestion, Conférences, Stratégies, Affaires, Actualité

In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player



Archive pour la Catégorie 'Actualités'

Comme certains le savent déjà, depuis ma rencontre avec Jeff Fillion il y a plus de deux ans, il m’est arrivé à plusieurs reprises d’aller le visiter en studio à Québec afin de le saluer et, par la fait même, de jaser en ondes avec lui.

Je vous propose donc d’entendre notre dernier entretien qui date de jeudi le 23 septembre dernier.  Jeff et Yves Landry étaient en Floride à ce moment alors, nous avons fait cette entrevue à distance.  Vous pourrez m’entendre faire ma première publicité LIVE sur Dessins Drummond, surprise que Jeff m’a fait sans m’en parler ! 

Nous avons jasé du marché de la construction, des projets de rénovation post crédits d’impôt, de rendement énergétique des maisons et des mythes relativement aux intentions des baby-boomers avec leurs maisons et…  de Carey Price !

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

J’ai aussi ma propre chronique à la radio!

Dans le même ordre d’idée, je participe fréquemment à une émission radio sur les ondes de XM172, Radio Sattelite, avec Stéphane Bruyère, à chaque 2 semaines, les jeudis de midi à 14h00.  L’émission s’appelle « Ypotek » et parle du marché immobilier et hypothécaire.  Vous pouvez entendre les podcasts des émissions ici.  Ne vous gênez pas pour proposer des sujets!  Il me fera plaisir d’en traiter en ondes et de les mettre sur notre site Internet.

Bonne semaine !

Share

Au cours de la dernière semaine, sans doute à cause du statut de « client chouchou » de notre entreprise, nous avons eu le privilège de recevoir notre copie avant lancement du fameux livre de Michelle Blanc, Les médias sociaux 101, écrit en collaboration avec Nadia Seraiocco.

À l’instar du blogueur Renart Léveillé, je me lance dans la critique de ce livre qui nous permet de démystifier les Facebook, Twitter, LinkedIn et autres réseaux sociaux de ce monde.  Je cite ce blogueur car ma critique ressemblera quelque peu à la sienne !

En partant, je donnerai une note de 9 / 10 sur ce livre car, suite à ma lecture rapide (je ne suis vraiment pas un lecteur assidu mais j’ai décidé de faire un effort pour la cause !), j’ai reconnu le style unique de Michelle ainsi que sa capacité à vulgariser cet univers pour le rendre accessible au commun des mortels et aux gens d’affaires.  Elle a su, en 160 pages, résumer une bonne partie des mes 4 ans de consultation avec elle !  Considérant les honoraires payés par Dessins Drummond au fil des ans, nous sommes donc heureux d’avoir obtenu cette copie avant tout le monde!  ;o)

Plus sérieusement, cet ouvrage est idéal pour toute personne et/ou entreprise qui ne s’est toujours pas lancé dans les médias sociaux, de comprendre ce qu’ils sont et de maîtriser les termes de base.  Même après 4 ans de médias sociaux avec Michelle, j’ai encore appris quelques éléments importants en lisant son livre.  Elle a même su me faire rire !  Faut le faire avec un sujet aussi sérieux.

J’ai beaucoup apprécié le lexique en fin de livre qui permet au lecteur encore plus pressé que moi de capter, en quelques pages, l’essentiel de cet univers.  La terminologie du Web est complexe et cette section est un outil de référence rapide, comme le livre au complet l’est.

Pourquoi ne pas avoir accordé un 10 /10 ?  C’est là que je fais un critique de moi!  Dans ma copie de livre, j’ai noté quelques erreurs de terminologie qui font en sorte que le lecteur néophyte peut se perdre dans les explications.  Ces erreurs furent transmises à Michelle et je sais que le tout sera corrigé.  En deuxième lieu, Michelle aurait-elle pu aller plus loin ?  Peut-être.  Mais l’objectif de vulgariser pour un public autre que ses « habitués » est atteint.  Elle ira sûrement plus loin dans un prochain livre!

Bravo Michelle et Nadia!  Je me suis bien amusé et instruit en lisant ce livre.  Ce sera avec plaisir que je vous reverrez au lancement de lundi.

Share

tout-le-monde-en-parle-guy-a-lepage-et-dany-turcotte

Je ne ferai pas souvent dans la critique télé mais j’ai vécu quelque chose de dégueulasse et lâche hier et j’aimerais connaître votre opinion:

Je prépare souvent ma semaine de travail en écoutant d’un oreille Tout le Monde En Parle car c’est un concept d’émission que j’avais l’habitude d’aimer.  Animée par Guy A. Lepage et ses cartons, cette émission tire passablement de cotes d’écoute en cette soirée de grand auditoire.  Que l’on aime M. Lepage ou non, il a du succès et il le sait, son émission roule et il le sait, et vous n’avez qu’à vous promener sur Twitter pour constater que plusieurs lui lèchent les bottes pour passer à son émission !  C’est très drôle à lire ! « You rock Guy! » 

Hier, le 11 avril, j’étais à la fin d’un dur week-end alors, je me suis assis au salon et je me suis endormi sur l’entrevue que Guy A. Lepage a fait avec India Desjardins ainsi qu’avec avec Marie-Thérèse Fortin (peut-être que l’ordre diffère mais qu’importe…).  Rien contre ces dames, je devais simplement être fatigué mort pour m’endormir sur des entrevues de cette qualité…  Lorsque je me suis réveillé, c’était le début de l’entrevue avec Ian Halperin, entrevue  que vous pouvez voir et entendre ici.  Je vous invite à l’écouter avant de faire votre opinion, contrairement à certains qui se permettaient des commentaires hier sur Twitter et qui n’avaient même pas vu l’entrevue… 

À ce moment, je n’en croyais pas mes yeux !  L’entrevue est devenu un bashing en règle, bien orchestré par M. Lepage et sa troupe, contre Ian Halperin, un journaliste « undercover », au look excentrique, qui brasse l’industrie du showbiz et qui a de la difficulté à s’exprimer en français.  Je ne connais pas Ian Halperin et je n’ai jamais lu ses livres;  il peut choquer, provoquer, se payer la tête des autres, un peu comme MM. Lepage et Turcotte le font avec les gens qui refusent de se présenter à leur émission…

Mais comment justifier qu’un invité anglophone qui tente de s’exprimer en français se fasse « ramasser » de cette façon ?  Pourquoi Jasmin Roy et Dany Turcotte, qui venait juste de parler de « respect de la différence », se mettent à deux avec Guy A. Lepage pour frapper sur Halperin ?  Même Claude Robinson, un homme qui défend sa cause et que je respecte énormément s’est mis de la fête en frappant à son tour.  Pourquoi ce « Gang Bang » ?  Comme le disait Marie-Ève paradis sur Twitter hier: « Morale de #tlmep: pas correct de se moquer des gais, pas correct de voler des droits d’auteur mais correct de lyncher un invite a la gang ».  J’aime et ça dit tout !… Mais elle ne sera sûrement pas crédible pour M. Lepage puisqu’elle a vécu aux USA et elle a aimé ça !…  Imaginez !…

Je trouve honteux pour le peuple québécois que M. Lepage qui crie être souverainiste, ardent défenseur de la sacro-sainte culture et de la langue française subventionnées à coups de millions, se mette à basher un anglo-québécois qui dérange avec l’aide de ses amis.  Quelle image avons-nous eue dans le Canada Anglais vous pensez ? 

Imaginez le contraire:  si un journaliste francophone un peu excentrique avait été sur le plateau d’une émission comme TLMEP à Toronto et que l’animateur et les invités, tous anglophones et contre lui, ne l’auraient pas laissé terminer ses phrases et aurait, par tous les moyens, tenté de le discréditer,  nous en aurions entendu parler pendant 3 semaines à TLMEP et aurions eu le plaisir d’y voir Gilles Duceppe nous parler des « valeurs québécoises » non-respectées!  On aurait traité les anglophones de Toronto de racistes, d’arriérés et, là aussi, ça aurait sans doute été la faute des conservateurs et de Harper !…   Pourquoi ce gang bang d’hier ?  Deux poids deux mesures ?…

Je sais pertinemment que M. Lepage se foutera de ce que je pense de ses agissements mais je ne peux passer cet affront et ce manque de respect sous silence.  Les gens qui défendent M. Lepage (lire « ceux qui veulent passer à son émission ») disent que Halperin est un clown qui écrit n’importe quoi.  Peut-être.  Mais le manque de respect de cet invité n’a rien à voir avec ce qu’il écrit ou fait.  Halperin est venu sur ce plateau et a parlé français;  il aurait pu faire comme les autres anglophones et y aller en traduction différée avec un écouteur mais non, il est allé « au batte » dans ce bûcher qui l’attendait de pied ferme. 

M. Robinson m’a déçu dans ses commentaires et ses remarques.  Il est malheureusement tombé dans la facilité de frapper un gars en gang et a suivi le groupe.  Je respecte ce qu’il défend (je défend moi aussi la cause des droits d’auteurs dans mon entreprise et je peux affirmer que c’est très frustrant) mais je ne peux appuyer totalement un homme qui se met à frapper en gang sur quelqu’un qui ne peut se défendre correctement dans sa langue maternelle.  il me semble un bon gars, j’espère qu’il regrette.

Je vous invite à lire le Blogue de Ian Halperin !  Il y va de révélations contre M. Robinson qui furent, bien entendues, coupées au montage par le pape lui-même !!!…  Je vous laisse en juger.

Un petit message pour Jasmin Roy (auteur du livre « Hostie de Fif ») et Dany Turcotte: Moi, lorsque j’étais enfant, dans la cour d’école, lorsque 5 gars se mettaient ensemble pour frapper quelqu’un qui avait peu de défense, c’est eux que je traitais de « d’hostie de fif », de lâche, de peureux…  Pas les gars qui étaient « différents » car mes parents m’ont appris, moi, à respecter la différence…  Je respecte les gais, les trans et les gens différents en autant qu’ils respectent la différence des autres.  Vous étiez beaux à voir hier avec vos petits sourires de satisfaction d’avoir frappé un gars en gang et vos applaudissements idiots à chaque phrase dites contre Halperin !  De la grande télé !  J’ai tellement hâte, mon cher Jasmin, d’aller m’acheter le coffret de la 2e saison de Chambres en ville, tu peux pas savoir !…

Bravo à Stephen Harper et Pierre-Karl Péladeau ainsi que tous les autres « qui ne pensent pas comme Guy A. »  qui refusent de se rendre sur ce plateau de tournage car ils savent ce qui les attends!…  S’ils y vont, ils devront amener leur gang !  ;o)

Share

N’est-ce pas une expression à la mode avec l’expérience vécue aux États-Unis et qui s’est terminée dans le Subprime Crisis en 2007-2008 ?  Considérant que l’économie québécoise s’est tout de même bien comportée en cette récession et ce, grâce aux nombreux efforts et implications du gouvernement Charest (lire: RIEN!), nous entendons de plus en plus parlé de « bulle immobilière« .

Je vous propose de lire le billet de l’ami Jérôme Ringuet sur le site de DuProprio.com;  il résume et vulgarise  très bien ce qu’est une bulle immobilière.

Bonne lecture !

Share

En cette semaine olympique et suite à la superbe performance d’Alexandre Bilodeau, je suis sur un nuage total.  Chaque soir, je me plais à regarder les athlètes réaliser leur performance et tenter de se dépasser.  Quel bel exemple pour les jeunes et quelle fierté de voir les nôtres avoir du plaisir et foncer.

Ce matin, que vois-je dans les journaux ?  Une chronique complètement dépassée de Réjean Tremblay concernant le fait qu’il n’y a pas beaucoup de français aux Jeux Olympiques de Vancouver !!  M. Tremblay:  ON S’EN FOUT !!!  Nous avons les Jeux Olympiques au pays et certains journalistes pleurnichent le fait que les francophones sont encore une fois mis de côté…  Peut-on avoir du plaisir ?  Peut-on seulement être fiers des nôtres et s’amuser ?  Peut-on lever nos barrières et nos vieilles chicanes qui n’ont plus leur place et simplement célébrer ?

Je suis personnellement écoeuré de voir ce « bashing » sur le dos du reste du Canada comme si nous étions bafoués dans ce pays !  Oui je me suis fait traité de « Frogs » en Ontario et dans d’autres provinces canadiennes;  So what ?  Des imbéciles, il y en a partout, même au Québec, même à La Presse !…  Avons-nous fini de jouer à la victime ?…  Soyons fiers de nos racines et montrons-le au lieu de nous plaindre.  En passant, ce n’est pas avec la performance de Garou lors des cérémonies d’ouverture que nous allons plaire au Canada anglais, je vous en passe un papier !

Je demande donc une trève aux journalistes frustrés de ne pas avoir leur pays en français qui sont supposés être chroniqueur de sport:  parlez des exploits et de la belle fébrilité qui se passe présentement à Vancouver, parlez de cette magnifique ville et du fait que le Canada est devant les yeux de millions de téléspectateurs présentement. 

Sur une note plus positive, je vous invite à visiter le blogue de mon ancien confrère de travail, Christian Fortin, qui a eu l’idée de génie de s’inscrire comme bénévole il y a 2 ans pour les Jeux de Vancouver;  résultat, il a vu la performance LIVE…  euh…  EN DIRECT (S’cusez-moi Honorable Réjean) d’Alexandre Bilodeau.  À voir !

Je vous invite aussi à réfléchir sur un point:  présentement, le méchant gouvernement Harper via ses programmes d’infractructures, financent toute sorte de projet qui touchent également les infrastructures sportives;  je suis 100% d’accord avec ces projets qui permettent à nos jeunes de s’améliorer et de se concentrer sur une passion sportive qui aura un effet réducteur certain sur le taux de criminalité juvénile, les soins de santé (sport = santé), la dépression et autres facteurs que je ne listerai pas au complet ici.  Je comprends que le sport ne va pas à tout le monde mais si on mettait autant d’efforts à développer ces infrastructures qu’à investir dans les artistes et les festivals, je crois que notre jeunesse s’en porterait beaucoup mieux.

Seulement ici, à Drummondville, nous avons des dizaines de millions qui seront investis cette année dans la contruction d’un centre multi-sports, d’une piscine semi-olympique, de 5 terrains de tennis intérieurs et j’en passe.  Il était temps !  Je regarde aussi les efforts de mon ami Paul Goulet à regrouper les fonds pour la construction d’un terrain de soccer intérieur à Granby:  chapeau !  Félicitations aux élus qui prennent le taureau par les cornes et profitez de cette année olympique !  Les contribuables seront d’accord !  ;o)

Allez !  Profitez de ces moments uniques que nous offrent ces Jeux de Vancouver, soyez fiers et laissez Réjean Tremblay et Denis Coderre brailler dans leurs coins !…  Denis Coderre, qu’est-ce qu’il ne ferait pas pour se voir à la télé, lui ?…  Comment va votre poursuite contre Shane Doan M. Coderre ?!…

Amusez-vous !  ;o)

Share

Loin de moi l’idée de vouloir partir en guerre contre les syndicats !  Je n’ai pas leur poids ni leur puissance…  Mais bon dieu que je suis content qu’un homme d’affaires, créateur d’emplois et à la tête d’un fleuron québécois qu’est Québécor se dresse debout et décide d’émettre son opinion.  Un billet un peu long mais nécessaire en ces temps où nos gouvernements s’enlisent dans la dette et se font de petits meetings qui ne mènent nul part.

Voici l’intégral de sa lettre parue le 20 janvier dans le Journal de Québec:

« LA LETTRE DE PIERRE KARL PÉLADEAU

Et si nous nous posions d’autres questions pour l’avenir du Québec? Par Pierre Karl Péladeau

Aujourd’hui se tiendront des discussions sur l’avenir du Québec dans le cadre de la «Rencontre économique 2010» sous la présidence du premier ministre du Québec, où doit être abordé le sujet des meilleures conditions pour que le Québec puisse profiter pleinement de la reprise économique.

Nul ne doute que l’heure est venue où la société québécoise doit faire des choix déterminants pour les générations futures.

Il nous semble toutefois que pour prendre des décisions éclairées à cet égard, il nous faille aborder une problématique d’importance qui ne manquera pas d’intéresser l’une des parties au débat, soit les organisations syndicales.

Sans vouloir remettre en cause ni leur existence ni même encore l’apport plus que positif de ces organisations au cours du XXe siècle, nous nous devons de poser la véritable question du déséquilibre des forces que toutes les législations des dernières décennies ont créé entre employeurs et syndicats, lequel a eu et a plus que jamais comme conséquence de défavoriser les entreprises québécoises dans le contexte économique mondialisé dorénavant largement répandu, de rendre plus difficile l’émergence de jeunes entrepreneurs, ainsi que de pénaliser notre désir collectif, voire notre obligation d’accroître notre productivité afin d’être en mesure de faire face aux nombreux défis auxquels nous ont sensibilisés les commentateurs économiques et sociaux.

Au XXIe siècle, alors que la liberté est tout autant une valeur qu’une vertu cardinales, n’est-il pas légitime de nous permettre, comme citoyens bénéficiant d’une maturité politique et démocratique, de décider si nous voulons ou non faire partie d’une organisation syndicale et d’en payer les cotisations? Ne devrions-nous pas nous inspirer de pays comme la France à cet égard où la liberté d’adhésion syndicale est consacrée? Ne devrions-nous pas aussi nous interroger sur ce privilège qui permet aux employés en conflit de travail de ne pas payer d’impôt sur les prestations monétaires qu’ils reçoivent de leurs syndicats, mesure exceptionnelle parce qu’elle fait financer les positions des organisations syndicales par l’ensemble des contribuables déjà assujettis à un fardeau fiscal que tous reconnaissent parmi les plus lourds du continent?

Que dire aussi de la création d’une unité d’accréditation par la simple signature de cartes d’adhésion, système que l’administration Obama et les démocrates aux États-Unis sont en train d’abandonner malgré un soutien financier considérable des syndicats américains?

Il se trouvera certainement plusieurs membres de l’intelligentsia pour justifier l’action positive des syndicats au Québec. Je le répète, nous reconnaissons le rôle nécessaire d’organisations structurées de militants ouvriers qui ont permis aux Québécois de se libérer de l’assujettissement à un capitalisme sauvage et de bénéficier de conditions de travail décentes. Mais n’est-il pas temps de se demander si les remèdes d’hier sont ceux qu’il nous faut pour les maux d’aujourd’hui et de demain?

Tous ces beaux penseurs ont-ils déjà été confrontés à la réalité de dirigeants d’entreprises et d’entrepreneurs comme celle à laquelle mes collègues et moi faisons face de façon quotidienne, tant au Canada qu’à l’étranger, dans un contexte de concurrence mondiale? Au Québec, les dirigeants d’entreprises doivent dédier trop de temps, d’énergie et d’argent à gérer leurs «relations de travail» alors qu’ailleurs, les divers intervenants au sein des entreprises participent ensemble à assurer la poursuite du développement de leurs activités et l’accroissement de leur productivité afin de gagner sur les marchés mondiaux, tant dans les secteurs manufacturiers que dans les secteurs de l’économie du savoir et des technologies.

Alors que les syndicats sont devenus au Québec une force économique aussi puissante qu’indéniable, tel qu’en fait foi notre taux de syndicalisation autour de 40% qui s’avère le plus élevé en Amérique du Nord, pourquoi ces organisations devraient-elles bénéficier de privilèges aussi nombreux et de moins en moins justifiables dans un contexte où la transparence et l’imputabilité ont, à juste titre, envahi l’ensemble des sphères politiques et économiques? Les défis mondiaux auxquels nous faisons face nous obligent à ne plus avoir de craintes à soulever les questions incontournables auxquelles il faudra répondre adéquatement pour assurer l’avenir du Québec. »

Je ne peux qu’être d’accord avec les allégations de M. Péladeau.  Peut-on modernider nos lois dédiées aux relations de travail ?  Dans le contexte du lock-out du Journal de Montréal, je crois que ça prend un courage énorme pour monter aux barricades comme il l’a fait et je ne peux que saluer cette initiative. 

Je veux être clair avec vous: 

  • oui, notre entreprise a des relations avec certaines divisions de Québécor
  • non, je n’ai jamais rencontré M. Péladeau. 
  • oui, un de mes meilleurs amis travaille depuis quelques mois dans la haute direction de Québécor Média et nous partageons la même vision
  • oui, je travaille et collabore habituellement avec des gens qui pensent comme moi…  Ça arrive en affaires…
  • non, je ne suis pas anti-syndicaliste mais un citoyen qui aime entendre deux opinions différentes afin de forger la sienne, ce qui manque énormément au Québec

Je crois que la modernisation des relations de travail passe par un dialogue sérieux car la puissance des Centrales Syndicales au Québec atteint des niveaux où l’équilibre des forces est menacé, comme en font foi les réactions très dures face à la lettre de M. Péladeau dans les journaux le lendemain.  Comme si c’était péché de ne pas penser comme les autres.  Peut-on avoir un débat ?

Je vous propose aussi la réponse de M. Péladeau face aux critiques du journaliste Michel David du Devoir qui l’avait traité de « Dinosaure » la veille:

« C’est avec intérêt que j’ai lu votre chronique du 28 janvier 2010. Vous qualifiez sans nuance les 280 publications de Sun Media de «feuilles de chou», verdict gratuit qui tranche singulièrement avec la solidarité dont on pourrait autrement vous croire habité. Vous disqualifiez le travail lu par des millions de gens, de centaines de vos confrères et consoeurs autant au sein de notre entreprise que ceux qui oeuvrent dans les nombreuses agences de presse que nous relayons, dont la plus importante au Canada, la Presse canadienne.

Ironie du sort, Le Devoir faisait référence, aussi récemment que le 27 janvier, sous la signature d’Alexandre Shields, à un article écrit par Rémi Nadeau du Journal de Québec (qui travaillait encore à la Presse canadienne il y a quelques semaines) faisant état du manque de transparence dans la divulgation du règlement du renouvellement de la convention collective à la SAQ, étrangement qualifiée de paix industrielle alors que l’on passait sous silence l’augmentation de la masse salariale de 100 millions à 123 millions.

Vous n’êtes pas sans savoir que Quebecor n’est pas une PME. Nous faisons travailler directement et indirectement des dizaines de milliers de personnes et regroupons en notre sein plus de cent syndicats distincts, oeuvrant dans des industries variées aux enjeux divers. Nous sommes un acteur important de l’économie et de la culture québécoises. Nous investissons ici chaque année plusieurs centaines de millions de dollars, créant ainsi des milliers d’emplois de qualité, dans des secteurs en croissance.

Notre siège social de Montréal et ceux de nos filiales emploient des centaines de Québécois dans des postes clés. J’ai le privilège de la diriger et de participer aux très nombreux succès qu’elle a réalisés durant les 10 dernières années de ma présidence, dont notamment le repositionnement complet de Vidéotron, qui offre maintenant en plus des produits de grande qualité orientés sur les dernières technologies, un service à la clientèle qui fait l’envie de très nombreuses entreprises.

C’est avec tout autant d’énergie que nous avons lancé le projet de modernisation de nos activités d’édition il y a quelques années, permettant ainsi à Sun Media de devenir le plus important éditeur au Canada. Cette dernière jouit maintenant d’une santé financière lui permettant de traverser la crise actuelle et d’assurer son avenir dans un environnement dont tous, notamment votre directeur Bernard Descôteaux en ces pages hier, reconnaissent la dramatique transformation. En quoi la modernisation du Québec ferait-elle de nous des dinosaures intransigeants?

Quant à votre procès d’intention, il apparaît cocasse que vous repreniez l’argument de ce banquier dont l’industrie combat avec succès depuis des décennies la syndicalisation de ses employés. Vous voici protecteur de principes dont il est désormais interdit, sous peine d’attaques ad hominem et d’accusations de lèse-majesté, de remettre en question les fondements. La liberté d’esprit qui a toujours prévalu au Devoir semble s’être abstenue sous votre plume et me ramène aux pires heures de la direction de Georges Pelletier.

Pourquoi serait-il donc illégitime de s’interroger sur la transparence des syndicats quant à leur gouvernance, par exemple, celle du Fonds de solidarité de la FTQ, où l’on constate que 12 des administrateurs sur 17 occupent des postes de président de syndicat? Cette organisation gère des millions de dollars, obtenus en grande partie grâce aux généreux crédits d’impôt dont sont ainsi privés les coffres de l’État.

Ce repli, ce refus du débat ou de la remise en question dès qu’il est question de syndicats, confère à ce groupe une sorte d’immunité qui tue dans l’oeuf tout échange. Nous sommes bien loin de l’audace et du choc des idées auxquels nous avait habitués Le Devoir. Dans la même veine, votre attitude et celle de vos collègues de la Tribune de la presse, feignant la neutralité pour justifier le refus de l’accréditation à vos confrères du Journal de Québec, sont absolument sidérantes. Selon vous, donc, le droit à l’information et à sa diversité est maintenant subordonné aux droits de travailleurs. Henri Bourassa en serait pour le moins étonné!

Pierre Karl Péladeau – Président et chef de la direction de Quebecor »

La table est mise et le débat devrait logiquement suivre…  Chapeau à votre courage M. Péladeau et j’espère que votre geste initiera le débat dans cette province aux politiques drabes.

Share

Que je suis heureux de vous entretenir quelques lignes après plus de 4 semaines d’absences « blogue » !…  Le temps passe tellement vite et je m’en voulais de ne pas avoir pu bloguer à mon goût car beaucoup de sujets me tiennent à coeur mais le temps m’a terriblement manqué depuis le début de l’année.

Il est certain que mon rôle de président / entraîneur de hockey de 2 équipes (mes deux garçons), de père à temps plein et de gars qui approche la quarantaine (dans quelques semaines !…) et qui veut se maintenir en forme fait que le « bloguisme » a pris un second rang !…  Comment continuer tout en jumelant mes activités ?  Je trouverai des solutions !

En début d’année 2010, nous avons eu la chance d’accueillir un nouveau contrôleur financier dans l’entreprise.  Son nom est Sylvain Picard et il remplace notre ancien associé et V-P Finances, Stéphane Doucet qui a quitté en Octobre dernier.  La transition se fait merveilleusement bien et je suis très heureux de l’acquisition de Sylvain.  Il sera un atout précieux dans notre développement futur.

Notre planification stratégique est presque scellée, nos budgets seront terminés sous peu et je peux vous dire que l’année 2010 sera une année (encore) remplie de projets.   Je suis très motivé de tout cela et vous laisserai savoir le dénouement au fil des mois.

En attendant, quelques sujets rapides pour vous montrer que je suis en forme !

  • ma mère se porte de mieux en mieux;  sa médication fut modifiée et elle reprend des couleurs de mois en mois.  Quelle belle nouvelle pour 2010 !
  • Vous aie-je dit que l’équipe Novice de mon garçon Xavier, dont je suis l’entraîneur, a gagné le tournoi de hockey de Kingsey Falls le week-end dernier ?  Très fier de ces jeunes !  5 matchs en un seul week-end, faut le faire !  Merci à l’organisation du tournoi !  Vous avez été extra.
  • êtes-vous gêné d’être québécois quelques fois ?…  Moi oui…  Surtout présentement où notre « Belle Province » revevra plus de 8 milliards en péréquation de la part d’Ottawa, soit le plus important montant de tout le Canada (oui, oui, Terre-Neuve est plus riche que nous !…).  Pendant ce temps, Jean Charest fait la morale à Stephen Harper sur les sables bitumineux de l’Alberta alors que ce sont ces mêmes sables « sales » qui paient pour nos généreux programmes sociaux québécois !…  Cherchez l’erreur !…  À la place du reste du Canada, je crois que je n’attendrais pas que le Québec se sépare, je les mettrais dehors !…  Ça leur coûterait moins cher…  Y a-t-il quelqu’un qui a des projets pour le Québec ?  faites vite !  ;o)
  • Je suis un fan incontesté de la série C.A. de mon ami Louis Morissette !  Peut-être suis-je biaisé mais j’aime quand même.  Original, différent et punché. 
  • Les démocrates américains ont perdu le Massachussetts qui était un état « gimme » pour eux depuis les années ’60 et l’arrivée de Ted Kennedy !  Tout un message pour Barrack !  J’ai toujours un peu de difficulté avec les gens que l’on fait passer pour parfait !  Ça leur revient dans le front un jour.  Parlez-en à Tiger Woods !
  • Je suis en meeting avec Michelle Blanc lundi AM;  elle semble sur un nuage celle-là !  On va la ramener sur terre !  ;o)
  • J’aurai de nouvelles photos sur mon blogue sous peu !  Je vais chez le photographe vendredi !…  Pascal, fais un  miracle SVP !  ;o)
  • À l’aube de mes 40 ans, je suis plus que jamais en amour avec ma belle Marie-France!  mère exemplaire, blonde parfaite (je devrais dire brune parfaite!), associée en or bref, je fus comblé il y a maintenant 12 ans!
  • Mon compétiteur fait dans le 2.0 maintenant et a même mis un blogue en ligne !   Il doit nous trouver bon dans l’fond ?…  pas d’hyperlien là-dessus, j’ai mes limites !
  • Plus sérieusement, Haïti me fait frémir…  Quel acharnement sur ce peuple qui a tellement de misère.  Chapeau à Luck Mervil:  je ne suis pas toujours d’accord avec ses idées politiques mais le soutien qu’il offre à son peuple est digne de mention.

Je vous promets de ne plus vous laisser 4 semaines, public en délire !  Merci de votre fidélité.

Yves

Share

Faut être fait fort pour se promener en VUS !!!

Écrit par Yves Carignan @ 10:59
Filed under: Actualités,Humour,Opinion

L’idée de ce billet me trotte dans la tête depuis longtemps et lors de la lecture d’un des statuts de mon amie Michelle Blanc dans Facebook, je me suis dit qu’il était temps que je l’écrive !

Pour vous résumer l’histoire, Michelle écrit qu’elle magasine les VUS dans ses statuts Facebook.  Elle est grande et veut se sortir des bancs de neige montréalais sans trop forcer.  Jusque là tout va bien…  Mais là où je capote un peu, c’est de voir les gens lui écrire et décrier son désir d’acquérir un VUS !…  Sans même connaître l’utilisation qu’elle en fera, les « VERTS » se mettent littéralement à « varger » dans son choix ! 

  • « Pense à la planète »,
  • « Les VUS sont un excès, je te fais confiance pour un choix intelligent »,
  • « As-tu vraiment besoin d’un VUS? »
  • « Les VUS et leurs conséquences désastreuses sur nos vies »
  • et j’en passe…

Heureusement, la majorité des gens comprennent et RESPECTENT son choix.  Vous savez, que l’on veuille nous informer sur l’importance des choix écologiques ça me va;  mais lorsqu’une personne a un besoin et que ce dernier doit être comblé par un produit qui s’appelle VUS, aurait-on la gentillesse de lui foutre la paix ?  Pourquoi le choix des VERTS serait le choix que tout le monde devrait prendre ?  On dirait qu’ils deviennent agressifs, prêts à devenir éco-terroristes si on ne fait pas comme eux !  Je parle par expérience car je conduis un Chevrolet Suburban identique à celui-ci et je me sens très bien avec mon choix car ce véhicule répond à mes besoins (3 enfants, un chien, 2 garçons au hockey, transport pour hockey et volleyball pour éviter l’utilisation de deux voitures, etc). 

Lorsque je vois des gens juger l’utilisation de ce type de véhicule, sans même connaître les raisons pour lesquels son propriétaire l’a acquis, cela brime la liberté d’autrui et son choix personnel.

Je me suis amusé à dresser un profil de la personne « Anti-VUS » et en voici quelques points:

  • Elle vit en pleine ville et croit que tout le monde devrait faire comme elle afin de sauver la planète
  • Elle croit que de vivre en ville est un privilège et regarde de haut les gens de la banlieue et des régions
  • Elle croit qu’une maison de plus de 2000 pieds carrés est une perte d’espace et consomme trop d’énergie
  • Elle croit que la maison unifamiliale devrait disparaître
  • Elle croit qu’un terrain de 2 500 pieds carrés « c’est ben en masse »
  • Elle n’a pas accès à un stationnement, encore moins à un garage
  • Elle parcourt moins de 10 000 km par an dont 80% pour se promener dans un rayon de 10 km de chez elle
  • Elle est d’accord avec le prix du litre d’essence à 3,50$
  • Elle n’a pas d’enfants ou en a moins de 2…
  • Elle, ni ses enfants, ne pratique de sport nécessitant un équipement plus gros qu’un sac à dos
  • Elle croit tout ce que les médias racontent
  • Elle porte un manteau Kanuk (Attention, j’en ai aussi un alors, ce n’est pas un préjugé!!)
  • Elle décrie la présence de Wal-Mart mais va y magasiner en cachette
  • Elle magasine avec ses sacs réutilisables fabriqués en Chine et qui furent transportés par bateau jusqu’ici pour satisfaire leur conscience écologique…
  • Elle voudrait voir des éoliennes partout en région mais surtout pas en ville, encore moins près de chez elle
  • Elle voue une admiration à Fidel Castro jumelée à une haine envers Stephen Harper
  • Elle voue une admiration à Leonardo DiCaprio car il se promène en Prius…  mais n’aime pas se faire dire que ce même DiCaprio effectue ses transports Los Angeles – New York en jet privé dont un seul voyage est plus polluant que quelques milliers de véhicules roulant 20 000 km sur un an…
  • Elle est contre les coupures en culture
  • Elle est anti-américaine
  • Elle croit que le propriétaire d’un VUS est un imbécile qui ne sait pas que son véhicule consomme plus qu’une SMART
  • Elle croit que le réchauffement climatique est essentiellement dû à la présence de gaz à effets de serres produits par les véhicules à moteur (je l’invite à regarder AU COMPLET cette vidéo qui ne fut jamais présentée au Québec…)
  • Et, surtout, elle a de la difficulté à considérer que des gens vivent différemment d’elle…

Pas pire hein ?…

Je crois que chaque être humain fait son maximum pour diminuer son impact environnemental mais a de la difficulté à modifier ses comportements.  Moi le premier !  Cependant, je fais des efforts corporatifs pour proposer à notre clientèle des solutions plus vertes; non pas que j’ai peur que la planète explose mais bien que je crois à une utilisation plus optimale des ressources énergétiques.  Apportez-moi un Suburban qui consomme 4 Litres / 100 km et je vais l’acheter…  Mais il n’existe pas! Alors lâchez-moi avec votre morale…

Chacun fait son effort à sa manière:  certains avec leurs véhicules, d’autre avec le recyclage.  Mais là où j’ai un problème, c’est de me faire faire la morale par des gens qui n’acceptent pas mes choix différents des leurs.  C’est du « racisme environnemental » et c’est plutôt agressant.

Avez-vous remarqué que les gens qui crient le plus fort concernant l’utilisation d’un produit sont toujours ceux qui n’ont pas besoin dudit produit ?  Ou qui aimerait le consommer mais ne se le permettent pas !…  Si je suis non-pratiquant, dois-je demander la destruction des églises car elles consomment trop et je considère qu’elles ne sont pas utilisées ? 

La vie en société passe par le respect des autres et l’éducation pour une meilleure utilisation de nos ressources.  Que chacun fasse son maximum et que l’on foute la paix à l’autre, l’humanité s’en portera beaucoup mieux.

Allez en paix !  Bande de brebis !  ;o)

Share

Pierre Falardeau; la mort d’un personnage fascinant

Écrit par Yves Carignan @ 8:37
Filed under: Actualités,Opinion

Pierre Falardeau a marqué notre Québec, c’est certain.  Que l’on soit pour ou contre, l’homme n’a laissé personne indifférent.  Pour ma part, rares étaient les occasions où je manquais une entrevue télévisée de Pierre Falardeau.  Comme notre télévision est généralement plate, je savais que l’homme viendrait mettre un peu de vie et de controverse dans ce petit écran!  J’ai toujours aimé l’homme et son opinion.  Je persiste à croire que c’est ce qui manque le plus à notre télé;  de l’opinion !

Il aimait ce qu’il créait comme impression et se foutait de ce que les gens pensaient de lui.  Personne sur cette terre ne lui a dit quoi dire et comment le dire.  Ça, c’est assez phénoménal.  Même si je n’étais pas toujours d’accord avec ce qu’il disait, il me faisait rire et réfléchir car son propos, coloré et direct, portait tout de même à réflexion sur le contenu.  Le contenant lui ?  l’image vaut mille mots !  Il s’en foutait du contenant et c’est un peu pour ça qu’il m’impressionnait.  Cette liberté unique qu’il avait m’a toujours fasciné.  Il fut le dernier à fumer dans les studios de Radio-Canada!…

Sa filmographie est à l’image du personnage:  à la fois touchante et controversée.  Il ne faisait rien pour rien et dans chacun de ses films, il passait son message.  Même Elvis Gratton était pour lui le portrait type du gars qui avait voté « NON » au référendum de 1980 !!  C’est quelque chose de dire ça publiquement.

Les fédéralistes le détestaient et c’était réciproque.  Mon père, un fédéraliste convaincu, était et est toujours incapable d’entendre parler de Falardeau !  Si je veux le faire crinquer, je n’ai qu’à lui citer une phrase de Falardeau et il repart !  Quel plaisir !  Il ne laisse personne indifférent et ça, c’est ce qui rend le personnage fascinant.

Son passage à Tout le Monde en parle en octobre 2008 vous démontrera qu’il ne fait rien et ne dit rien comme personne.  Surtout dans la section où il traite des journalistes « connait tout » qui donnent leur opinion sur tout…  Un classique !  Lorsqu’il a dit à David Suzuki de continuer de parler environnement et de laisser la politique aux politiciens, seul Falardeau pouvait faire cette déclaration et « aller au bat » avec.  Il fut même traité de raciste et s’en est défendu.  Ses propos durs à l’endroit de Claude Ryan lors du décès de ce dernier avaient ébranlé la population;  Falardeau est allé s’expliqué sans se cacher.  Pariez que le même genre de propos viendront hanter sa propre mort !!  Il devait s’y attendre !

Il avait une opinion et ne se cachait jamais; comme il le dit lui-même, il allait au « bat » de ses déclarations et n’avait pas peur des mots.  Vocabulaire « joualé », apparence non conformiste, opinion directe et documentée, il dérangeait, oui.  Mais ne laissait personne indifférent.  Il ne voudrait surtout pas être glorifié aujourd’hui, ça le ferait « chier », comme il le disait si bien. 

Je veux simplement souligner le passage de cet homme, vrai, direct et opiniâtré comme il s’en fait peu aujourd’hui.  D’accord avec lui ou pas, ce n’est pas le point.  Il nous manquera tout simplement.

Salut Pierre !  Ne sois pas trop dur avec Trudeau là-haut!  ;o)

Share

J’avais entendu parler de ce rôle délicat qu’est celui du Procureur du Tribunal Spécial pour le Liban qui est  un tribunal à caractère international chargé de juger les auteurs de l’attentat à la bombe qui, le 14 février 2005, a coûté la vie à M. Rafic Hariri, ancien Premier Ministre du Liban, et à 22 autres personnes. 

Terroristes et crime organisé sont impliqués dans cet attentat et M. Bellemare est à la tête de ce tribunal…  Yves Boisvert en a fait un papier intéressant sur le profil de ce drummondvillois qui a le job le plus stressant de l’heure !!!

Share
 



Recevez les billets par courriel!


Propulsé par FeedBlitz

Suivez-moi sur...

avril 2019
L M M J V S D
« Jan    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930