Yves Carignan
Président - D.G.
Dessins Drummond Inc.

Blogue en Plan

Architecture, Gestion, Conférences, Stratégies, Affaires, Actualité

In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player



Archive pour la Catégorie 'Coup de coeur'

Photo prise au Parlement en décembre 2013

Photo prise au Parlement en décembre 2013

Que le temps passe vite !…  Je m’ennuie de bloguer et, comme je le dis souvent lorsque la question m’est posée, on doit prendre le temps de le faire car le blogue demeure le meilleur média social disponible pour une entreprise et son président !  Je dois avouer que je fus un cordonnier mal chaussé ces derniers mois mais il n’est jamais trop tard pour reprendre le collier!

Je suis heureux de faire « un retour » (me semble que j’annonce mon retour à chaque billet depuis un an !!!) en jasant avec vous d’une personne qui a fait un héros d’elle lors des malheureux événements survenus au Parlement d’Ottawa, mercredi dernier, le 22 octobre.

Laissez-moi vous parler de Louis Létourneau, un de mes concitoyens de Windsor, que j’ai croisé à différents moments de ma vie et que j’ai eu le plaisir de retrouver grâce à Facebook.  Ceux qui me suivent via ce média social ont remarqué les hommages que j’ai fait à Louis immédiatement après la tragédie et vont peut-être me trouver fatiguant !!  Je vous comprends!  Mais je tenais à écrire ce billet car les beaux gestes doivent être soulignés, encore et encore !

Ti-Oui, pour les intimes, s’est transformé en héros ce mercredi 22 octobre 2014 en étant un des premiers gardes de sécurité à être intervenu contre le désormais célèbre, Michael Zeaf Bibeau.  Selon ce que j’en ai compris, Louis lui a tiré une première balle et le patron, le sergent d’armes Kevin Vickers, a « fini la job », comme on se dit entre nous.  Oui, il y a eu mort d’hommes et on ne devrait pas s’en réjouir…  Mais là, désolé, je me réjouis car ce fou furieux aurait pu faire encore plus d’innocentes victimes si ce n’avait été de la présence d’esprit de gens comme Louis.

Toujours est-il que Ti-Oui était un gars de Windsor comme moi;  et dans un patelin de 5 000 habitants, tout le monde se connaît et on devient vite le chum de tout le monde !  Ti-Oui était (et est toujours!) plus vieux que moi mais c’était un « plus vieux » sympathique;  vous savez qu’il y a des plus vieux qui aiment écœurer les plus jeunes constamment mais pas lui!  Il était toujours cool avec nous!

Grand sportif, je l’ai surtout connu lors de ma courte carrière de soccer.  Je ne trippais pas vraiment sur ce sport mais lui, il en mangeait et il était bon en tabarouette !  Il était gardien de but, si ma mémoire est bonne, et ils avaient toute une équipe!  Mais Ti-Oui ne se prenait pas pour un autre et il aimait le monde !  Le monde l’aimait aussi !

Dans mon adolescence, je le croisais dans les bars car Ti-Oui était waiter dans quelques endroits que je fréquentais !  Toujours content de nous voir, il se faisait un devoir de venir saluer les « ti-culs » de Windsor qui sortaient à Sherbrooke ou Magog.

Tout d’un coup, PAF!  Plus de Ti-Oui !…  Je l’ai perdu de vue pendant des années (comme plusieurs de mes amis de Windsor) mais un média social du nom de Facebook m’a permis de retrouver beaucoup de bonnes personnes de mon enfance dont Ti-Oui Létourneau !  Au fil du temps, on s’échangeait nos idées, nos niaiseries et nos opinions politiques!  J’avais l’impression de ne jamais l’avoir perdu de vue!  T’sé, un BON GARS!  N’est-il pas vrai qu’un vrai chum, de près ou de loin, est toujours celui que l’on revoit après 10 ou 15 ans et qu’on a l’impression qu’on ne s’est jamais perdus !  Que ledit chum soit un grand chum ou un gars que tu croisais souvent et que tu aimais jaser avec (comme Ti-Oui!), on sent ce côté humain qui fait qu’on « fit » et que c’est facile.

De fil en aiguille, Louis et moi étions en contact fréquemment via Facebook.  Un jour, je suis invité à prononcer une conférence à la Cité Collégiale d’Ottawa afin de discuter d’entrepreneurship et de WEB en entreprise devant un groupe d’étudiants.  Comme j’accepte toujours de donner de mon temps pour les jeunes, ce fut d’autant plus facile d’accepter car j’avais préalablement envoyé un message à Louis en lui demandant s’il allait être disponible pour que l’on se voit.  Il m’a dit: « Viens me rejoindre au Parlement directement!  Je travaille à la sécurité. »  Un beau vendredi en perspective !  D’autant plus que le samedi j’allais voir un match des Sénateurs avec ma belle Marie-France et les garçons, grâce à mon ami Denis Labelle et sa conjointe Marlene !  J’étais donc comblé!

En arrivant au parlement par un matin glacial de décembre, je reconnais Louis de loin par sa carrure!  Je vois son beau coco rasé (On a tous les deux moins de toupet qu’on en avait!) et son légendaire sourire.  Je suis surpris de le voir en complet cravate car je me dis que les gens à la sécurité du Parlement sont habituellement habillés en uniforme, un peu comme un policier.

Louis accueille ma conjointe et mes garçons très gentiment et nous invite à le suivre pour un « tour privé du Parlement ».  Une fois en place, ma curiosité me pousse à le questionner sur son habit versus le costume des autres gardiens.  Il m’explique qu’il est un des gardes armés du Parlement (en me montrant son « gun » discrètement) et que lui et ses confrères sont les premiers intervenants en cas d’urgence.  Waow!  On ne parle plus du même gardien de sécurité que j’avais en tête!  Mais il explique le tout comme un boulanger m’explique comment il fabrique son pain:  calme, solennel, posé et sûr de lui.  Jamais hautain ou « fraîchier » comme on disait par chez nous !

Et là, comme lorsque je suis avec mon bon vieux chum Éric Laurendeau qui est enquêteur à la SQ, je questionne Louis comme une machine car leur métier me fascine!

  • Tu fais quoi à tous les jours?
  • T’es tu déjà servi de ton arme?
  • As-tu une anecdote avec un ministre ?
  • Comment était Chrétien, Martin?  Comment est Harper ?
  • Est-ce que Justin Trudeau te tape sur les nerfs autant qu’à moi ?  (Ok…  Je viens de l’ajouter celle-là!)

Bref, je passe des moments vraiment trippants avec un gars qui connait le Parlement comme le fond de sa poche, qui nous reçoit comme des invités spéciaux et qui nous donne accès à ce que les visiteurs usuel du Parlement lors de cette journée n’avait pas accès.  Marie-France et les garçons adorent et on se sent chanceux de connaître Louis.  J’ai même pu m’asseoir dans la chaise du Président de la Chambre !

Dans la Chaise du vrai Président!

On termine cette visite avec une bonne accolade et on se dit à la prochaine, comme si la vie s’arrangera pour que l’on se revoit assurément…

On continue nos échanges sur Facebook et je continue de lire ces petits textes savoureux à tous les jours !  Il est simple et drôle Ti-Oui!  Et c’est ça Ti-Oui!

Vient la date du 22 octobre où, comme lors des attaques du World Trade Center ou de tout autre événement marquant de notre société, on se souvient tous où nous étions…  Pour ma part, j’étais en meeting toute la journée avec les autres membres de la direction de Dessins Drummond pour notre premier meeting stratégique, en préparation pour l’année 2015.  Un des participants parle d’attaque à Ottawa mais je n’allume pas du tout sur une attaque au Parlement.

En revenant à mon bureau, je vais sur le Web et je vois qu’il s’est passé quelque chose de grave au Parlement…  Je pense à Louis immédiatement et, je ne sais pas trop pourquoi, je vais sur Facebook pour voir s’il est OK.  Je lis sur sa page: « Je suis ok. Vous comprendrez que je ne peut donner aucun détail. Attention toutefois aux informations. »

Nous voilà soulagés, nous, le « P’tit Peuple » qui est ami facebook avec Louis (Il faut être ami Facebook avec lui pour comprendre la notion de « P’tit Peuple »!)!

Par la suite, je lis son statut qui a fait le tour des médias: « Pendant plusieurs années, je me suis imaginé et fabriqué des dizaines de possibilités de scénario en lien avec mes postes de travail. 
– Ok, si un tireur arrive de ce côté, je fais quoi?
– Si plutôt il surgit à partir de là, quelles sont mes options ? 
– Ai-je le temps de dégainer mon arme et faire feu s’il passe par là ? 
Mais voilà qu’hier, la réalité est venue remplacer la fiction. Le premier « bang » m’a fait mettre la main sur mon arme et en une fraction de seconde j’étais prêt à faire un duel avec une seule fin possible… Rester vivant !
Après des échanges de coups de feu à courte distance, mon adversaire a eu tôt fait de constater que même de loin, que malheureusement pour lui…je vise très bien !
Le reste de l’histoire appartient à un homme d’une grande expérience. Il a « fini la job » que certains de mes collègues et moi avions commencer.
Le plus important a retenir est que nous sommes tous rentrer chez nous vers nos familles et que la mission est accomplie…nous sommes vivants !
Bravo à mes collègues qui sont là pour assurer la sécurité de ceux et celles qui franchises les portes du Parlement.
Merci encore à tous ceux et celles qui ont pris des nouvelles et/ou qui ont manifesté leur soutien à mon égard, vos bons mots sont très réconfortants.
Bon jeudi à vous p’tit peuple »

Le reste de l’histoire, vous la connaissez !  Pour en ajouter, samedi dernier, Louis m’écrit via Messenger que la photo que je vous propose au début de mon billet fut utilisée dans le reportage de TVA !!!   Quoi?!!!  et surtout « Pourquoi!? »…  Pourquoi moi, en fait !!!  🙂
Au coeur de la fusillade au Parlement

J’ai écrit à Louis que j’étais fier que cette photo fut utilisée !  Je n’avais aucunement affaires dans ce reportage mais de me voir à côté de lui me fit sourire;  il a fait tout un exploit.  On veut tous être photographié avec nos héros et j’ai eu la chance de l’être avant qu’il ne le soit !!!  J’ai eu la chance de connaître ce gars simple, dévoué, qui semble un excellent père de famille et qui est demeuré le bon gars que j’ai connu.

Louis, tu as agi en héros et la population en entier te remercie.  Tu ne t’attendais pas à autant de soutien et d’attention mais tu les mérites grandement.  On veut tous laisser notre marque au cours de notre vie, poser un geste qui fera la différence ou pratiquer un métier qui fera en sorte que nous serons fiers, que les gens se souviendront de nous.  Tu peux dire: MISSION ACCOMPLIE !

Prends bien soin de toi également;  juste à songer à l’idée que tu aurais pu y rester me glace le sang dans les veines…  J’imagine ce que « Ta Douce » et tes enfants ont pu vivre dans ces moments…

Bravo encore et restes comme tu es!  C’est comme ça qu’on t’aime !   😉

En ce 18 mai 2011, je vous écris ce billet en regardant le soleil sortir pour la première fois depuis plusieurs jours !  Le bonheur est grand et, en plus, c’est la journée d’anniversaire de mon père qui célèbre ses 75 ans !

Je suis un heureux fils qui a encore la chance d’avoir ses parents en vie, même si le maudit cancer s’est attaqué à eux, à des degrés différents, au cours des deux dernières années.  J’ai eu la chance d’avoir des parents aimants qui nous ont donné le maximum, à tous les jours.  Oh non !  Ils ne sont pas parfaits !  Mais ils sont mes parents et je les aime tel quel, sans articifice !

Pour ceux qui ne le connaissent pas, mon père s’appelle Léger, d’où le jeu de mots dans mon titre! (poudoum-tish!).  C’est son vrai prénom! Sa page Facebook vous le confirmera!  À la question que tout le monde me pose lorsqu’ils apprennent le nom de mon père « est-ce qu’il porte bien son nom? », la réponse est « pas vraiment » ou « ça dépend de ton niveau de sarcasme » !!!  Ça répond à vos questions ?  Bon, une chose de réglée!

Avoir sa page Facebook à 75 ans confirme que je retiens de mon père ce goût de la techno!  Contrairement à plusieurs de sa génération, la nouvelle technologie ne lui fait pas peur et il est même curieux de la connaître!  En plus de sa page Facebook, il est apte à aller sur le Web et prend ses courriels régulièrement. 

Mon père est un homme discret, travaillant et tenace.  comme certains de sa génération, il a souvent su m’impressionner en faisant tout, sans trop de problème…  Il pouvait construire une maison, faire son changement d’huile sur sa voiture, réparer n’importe quel bris sur ladite voiture, installer une piscine, peinturer la maison, réparer une motoneige, construire un cabanon, refaire une toiture, se lancer en affaires, travailler 60 heures par semaine, construire un garage pour sa flotte d’autobus, changer une fenêtre, ramoner sa cheminée, acheter 2 vans de « pitounes de 4 pieds » et bûcher le tout pendant des mois, faire son jardin, sarcler son jardin avec l’aide de ses fils, cueuillir les fraises, équeuter les fraises, faire des confitures, bref, IL PEUT TOUT FAIRE ET JE SUIS UN PEU JALOUX !!  En ce qui concerne son bois de chauffage, il le coupe encore lui-même avec son tracteur, sa scie et sa fendeuse !…

Mon père est natif des Bois-Francs, de Tingwick, plus précisément, et a grandi dans une famille normale de l’époque.  Sa mère étant décédée alors qu’il n’avait que 8 ans, son père a élevé seul ses 6 enfants dont la plus vieille était âgée de 12 ans au moment de la mort de grand-mère Blanche…  Quand on parle de courage…  Il est allé à l’école jusqu’en 9e année (ou autour de) et a commencé à travailler par la suite.  Il vit à Windsor, dans les Cantons de l’Est depuis qu’il a 20 ans. Des talents, comme je l’énumérais plus haut, il en a plein!  Il est doté d’un sens des affaires et il sait compter !  Il m’impressionne encore en étant capable de calculer l’amortissement d’un prêt de 20 ans sur sa feuille de papier !   J’espère que je saurai impressionner mes enfants autant qu’il m’impressionne encore aujourd’hui !

Toujours est-il que mon père a 75 ans et je n’en reviens pas encore!…  En plus de pouvoir presque tout faire dans la vie, il a dirigé son commerce avec l’aide de ma mère et nous n’avons manqué de rien.  Mes parents ne sont pas des millionnaires mais ont su bien vivre, profiter de la vie et surtout, nous inculquer des valeurs qui nous servent encore aujourd’hui.

Grâce à mon père, j’ai appris à travailler de mes mains (défense de rire!) et d’apprendre rapidement qui si tu ne travailles pas, tu ne réussiras rien !  Il voyait bien que j’avais plus d’aptitude pour l’école que pour le travail manuel alors, il a su, toujours discrètement, me diriger vers les études.  J’ai la fierté de dire que je suis sorti de l’école sans dettes à cause de deux choses: 

  • Je travaillais pendant mes études via des stages rémunérés
  • mon père (ainsi que ma mère) m’a aidé pour le reste

Je les remercie encore aujourd’hui!  Je considère que l’éducation et l’autonomie sont le plus bel héritage que l’on peut laisser à son enfant.  Et je les ai eus.  Merci papa! 

Comment parler de mon père sans parler de la passion qu’il nous a transmis:  La moto !  Même si je n’ai pas le temps d’en faire pour le moment, il est certain que j’en aurai une autre un jour !  Mon père est un vrai maniaque de moto!  Je répète, il a 75 ans, et il fait plus de 30 000 km de moto par année !!  Un peu moins dans les dernières années où il prenait soin de ma mère pendant sa réhabilitation, mais il en demeure pas moins que la température n’a aucun effet sur sa passion!  En 20 ans, il a eu 2 motos sur lesquelles il a mis plus de 300 000 km sur chacune! 

L’autre jour, il me racontait que lorsqu’il s’est joint au Club moto-touriste de Sherbrooke, il avait alors autour de 50 ans, il y avait des doyens du club qui avaient 65 ans et mon père se disait: « Pff…  me semble que je vais faire autre chose rendu à cet âge là !!! »   Et bien maintenant, à 75 ans et après plusieurs trophées de doyens du Club, il me disait qu’il ne pensait jamais en faire jusqu’à cet âge!  Bravo!…  Et continue!

Je me souviens aussi d’un matin d’avril où j’ai dû lui pelleter un petit chemin dans la cour à cause de la neige accumulée durant la nuit afin de lui permettre de sortir sa moto et partir pour la Floride avec ma mère !!!  J’ai alors demandé à mon père ce qu’il aurait dit si j’avais sorti ma moto alors qu’il y avait de la neige dans la cour et il m’a répondu par son légendaire sourire !  Les rôles étaient inversés:  j’avais 20 ans et j’ai demandé à mes parents de m’appeler lorsqu’ils arriveront à leur hôtel le soir même!  Ils m’ont écouté!

J’ai eu la chance de faire un  magnifique voyage avec mon père et mes deux frères en 2005 dans l’est du pays, incluant les îles de la Madeleine (photo du haut), et je vous jure que ce n’est pas mon père qui faisait signe aux autres lorsque venait le temps de prendre une pause de la route !!!  Même qu’il nous trouvait parfois « pépères » !  Ce voyage fut un beau moment de ma vie avec lui et mes frères car, même si nous sommes tous très différents, ce fut un réel bonheur de se côtoyer dans des moments autres que les périodes traditionnelles.  J’ai eu la chance de faire quelques autres randonnées seul avec mon père et elles sont gravées dans ma mémoire…  Merci papa!

Je te souhaite un merveilleux 75e anniversaire et j’espère que tu es prêt pour un autre 25 ans !  Tu viens de terminer tes traitements pour le cancer de la prostate et on ne t’a jamais entendu te plaindre… C’est bien toi !  Autant que je fus impressionné par la force de maman, autant je suis impressionné aussi par toi!  « A silent man on a mission! »

Je profite donc de cette journée pour te remercier pour tout ce que tu as fait, pour tout ce que tu es et aussi pour avoir si bien pris soin de maman lors des deux dernières années.  Je profite aussi pour te dire une chose que les pères et les fils de nos générations ne se sont pas dits assez souvent:  JE T’AIME!

Longue vie !

Il y a quelques jours, je vous ai parlé de ma participation à titre de président d’honneur pour la région de Drummondville, au défi Têtes Rasées de Leucan.  Je continue mes efforts afin que nous atteignions l’objectif fixé à 130 000$ et, encore une fois, je compte sur vous !

En ce sens, je vous propose cette vidéo du Défi Têtes Rasées Leucan 2001. Elle vous présente les enfants vedettes ainsi que les présidents d’honneur de notre région.  Vous verrez mes talents limités de comédien !!!   :o)

Vous vous demandez à quoi ressemble un défi têtes rasées ?  venez consultez cette vidéo du Défi des Anges de Marie-Laurence…  Quel courage et quelle détermination !

Serez-vous l’un des nôtres ?  Soyez-le en effectuant un don sur ma page personnelle !

Chapeau à nos Héros!

Léika Guévremont et Yves Carignan

En novembre dernier, l’ami Michel Nadeau, directeur général de Leucan, m’écrit une note afin de me demander si je connaissais un homme d’affaires de Drummondville qui serait intéressé à devenir le président d’honneur du prochain défi têtes rasées de Leucan pour la région de Drummond…

Connaissant assez bien Michel ainsi que l’organisme Leucan, je lui ai retourné le message rapidement en lui disant que j’en connais un qui serait très intéressé à les aider et ce quelqu’un, c’est moi !!!

Comme vous le savez peut-être, le cancer a malheureusement emporté un des mes bons amis en 1998, Michel Blouin, pour qui nous avions lancé un Omnium de Golf annuel qui porte son nom, et dont je vous ai fréquemment parlé.

De plus, ayant vécu une expérience difficile avec le cancer de ma mère qui est en rémission depuis 2 ans et ayant appris en mars dernier que mon père est atteint d’un cancer de la prostate (qui est en contrôle et facilement traitable, selon les médecins), je me suis dit que je devais profiter de ma santé pour faire ma part et dénicher des fonds pour aider les enfants malades et finalement vaincre cette maudite maladie.

Je suis donc très fier de vous dire que je suis le président d’honneur du défi têtes rasées de Leucan pour 2011 et que nous avons besoin de vous !  L’objectif de la région est de 130 000$ et 400 têtes à raser.  Je suis fier de dire que mon père, mes 2 frères ainsi que moi-même seront parmi les 400 têtes rasées !  Vous pouvez faire un don en-ligne en allant sur ma page personnelle de Leucan;  c’est facile et sécuritaire!

Ceux qui aiment mieux envoyer un chèque, faites-moi parvenir votrre chèque chez Dessins Drummond, 2950 Boulevard Lemire, Drummondville, Québec, J2B 7J6.  Faites le chèque au nom de Leucan – Défi têtes rasées.

Pour cet événement, je suis accompagné d’un enfant porte-parole;  cette année, Léika Guévremont (enfant avec moi sur la photo) tient ce rôle de façon extraordinaire.  Léika a connu l’enfer !!!  Elle a appris en novembre 2009 qu’elle avait un sarcome d’Ewing extra-osseux rétropéritonéal; une masse de 12 cm était siutée dans son bassin.  Pour elle, le cancer a représenté une opération, 77 chimiothérapies, 3 neutropénie fébriles, 31 jours de radiothérapie, un caillot au cœur, une centaine de prise de sang, la perte de ses cheveux à deux reprises, 11 hospitalisations, 10 pentamidines et l’apprentissage d’une centaine de nouveaux mots!…

Je prends donc le temps de vous écrire et de donner ce coup de main à Leucan:  de votre côté, vous pouvez participer de plusieurs façons:

J’attends de vos nouvelles !…

Merci à l’avance…

C’en est devenu un cliché mais je crois qu’ils l’apprécieront toujours:  les beaucerons sont littéralement dans une classe à part lorsque vient le temps d’innover et de revoir le monde des affaires.  Plusieurs entreprises qui sont devenus des fleurons de notre économie proviennent de cette magnifique région et leur rayonnement est aussi grand que le désir de réussite de leurs concitoyens.

Au cours des dernières années, j’ai entendu parler de cette École unique qui porte le nom de « L’École d’Entrepreneurship de Bauce« .  L’objectif:  former une cohorte d’entrepreneurs par des entrepreneurs.  Dans leur jargon, les « entrepreneurs-athlètes » (les étudiants) sont formés par des « entrepreneurs-entraîneurs » (les professeurs) qui sont des gens d’affaires qui ont fait leur marque dans l’économie québécoise;  et la liste des « entrepreneurs-entraîneurs » est assez impressionnante:  Alain Lemaire de Cascades, Jean Coutu du Groupe du même nom, Marc Dutil de Canam, Jean-Marc Léger de Léger Marketing et j’en passe !  Dans cette liste, il y a aussi celui que j’ai eu la chance de côtoyer à mes tout débuts dans ma carrière et qui occupe une place de choix dans mon « Top 5 » des gestionnaires que j’ai en admiration, Pierre Marcouiller de Camoplast.  J’ai eu la chance de travailler avec Pierre pendant 4 ans et je le cite encore en référence dans mes affaires quotidiennes !

Quelques-uns de mes amis ont visité cette école et furent impressionés tant par les installations que par l’engouement qui entoure ce projet.  Parait que tout le « campus » transpire la Passion et que c’est très contagieux.

À lire le contenu de leur site ainsi que ce qui se dit dans l’univers Web sur cette école, je crois que toute personne désireuse de se lancer en affaires doit, bien entendu, compléter son cours universitaire et songer sérieusement à fréquenter cette école qui lui permettra d’être en contact avec des gens qui ont réussi et qui vous donnerons leur vision, truc et précieux conseils.

Si Pierre Marcouiller a eu une bonne influence sur ma façon de voir les affaires, imaginez ce que j’aurais pu retirer en rencontrant plus de 50 « Entrepreneurs-Entraîneurs » de son calibre ! 

Il parait que cette école serait même mieux qu’un MBA pour les chefs d’entreprises, particulièrement de PME !…  Je le crois, juste à regarder la liste des entrepreneurs-entraîneurs.  Mais je ne peux me prononcer personnellement:  je n’ai ni MBA ni un diplôme de cette École alors, je me fierai aux gens qui ont l’expérience de un ou de l’autre.  Pour votre information, l’École recrute présentement !

Un gros Bravo! à Marc Dutil pour son initiative, à madame Nataly Riverin, directrice générale de l’école et surtout, à tous ces « Entrepreneurs-Entraîneurs » qui donnent de leur temps à la réussite des élèves.  Je suis ce ces gens d’affaires qui croient que le partage de nos connaissances personnelles fera de notre province un meilleur endroit pour y vivre et pour y faire des affaires.

La Beauce marque encore un point!

Mon coup de coeur de ce vendredi va à un organisme que j’ai vu naître et dont je connais bien les bénévoles, soit l’organisme CADET, acronyme de la Corporation d’Aide à Domicile pour les Enfants Trachéotomisés

Tel que sa définition l’indique, cette association vient en aide aux familles qui ont un enfant ayant une trachéotomie et vivant à la maison.  Comme on le sait, les parents d’enfants malades désirent plus que tout de pouvoir soigner ces derniers dans le confort de leur foyer.  Malheureusement, les conditions de ces enfants font en sorte que les soins périodiques sont nécessaires alors, plutôt que de se rendre à l’hôpital aux deux heures, on maintien l’hospitalisation.

Cette situation est arrivée à une belle petite fille dans mon entourage et les parents, Anne Paquette et Christian-Pierre Dubé assisté du grand-papa, André Paquette, ont fondé cet organisme qui leur permet de maintenir leur petite fille à la maison et ainsi recevoir des soins infirmiers la nuit.  D’autres familles ont pu bénéficier de cet organisme comme en fait foi leur site Internet.  De cette façon, l’enfant peut enfin avoir une vie familiale et les parents aussi.  Les sommes amassées servent à défrayer les coûts d’une infirmière et l’objectif est d’aider le plus de famille possible.

Le 5 février prochain, Christian-Pierre, qui est un guitariste de haut niveau, et son band feront un spectacle bénéfice  à la salle de réception paradis, au 1833 Boulevard Curé Labelle à Laval. 

Si vous en pouvez vous y rendre, vos dons sont appréciés !  L’an dernier, plus de 400 personnes ont passé une très belle soirée lors du spectacle bénéfice !

Soyez généreux!

Depuis plusieurs années, je crie haut et fort que le hockey au Québec devrait être géré par les écoles, un peu comme le modèle des Collèges aux États-Unis.  Plusieurs avantages entrent en ligne de compte:  fierté de jouer pour son école, développement des jeunes sous la supervision d’éducateurs, raccrochage, importance des résultats scolaires avant le sport, etc.  Et surtout, mettre les parents-entraîneurs qui voient leur fils dans la LNH de côté !  Cette folie tue notre sport, ce type de parent est dangereux et ne doit surtout pas être entraîneur!  Rassurez-vous, mes garçons ne sont pas des vedettes de hockey et n’ont jamais eu d’avantages à avoir leur père comme entaîneur !  ;o)  Au contraire !…  Quand tu es honnête, tu limites les privilèges de tes propres enfants afin de ne pas avoir de problèmes.

En tant qu’ancien entraîneur au hockey mineur, j’ai eu ma part de frustration avec mon Association de hockey, leurs règlements stupides, leur manque de structure et bien d’autres éléments dont je vous ferai grâce ici!  Je sais pertinemment bien que ce sont des bénévoles qui font leur possible mais force est d’admettre que certains dirigeants ont peu de respect pour les entraîneurs et pour les parents des joueurs.  J’ai donc réglé mon problème et décidé d’accrocher mon sifflet d’entraîneur.  Je tente de trouver des solutions à la place mais on se bute toujours à cette mafia bien installée qu’est le hockey mineur.

En ce début d’année de hockey, je regarde la façon dont les équipes sont montées, le classement des joueurs, la frustration de certains parents et entraîneurs, l’abdication d’autres, et je me dis que notre sport national est malade !  Notre façon de gérer le hockey doit être revu et je reviens toujours à l’idée que si l’on veut conserver nos jeunes sur les bancs d’école, nous devons favoriser leur émancipation à l’intérieur de cette même école, développer le sport et ses infrastructures et tenter le mieux possible d’éviter le favoritisme en éliminant certains parents de postes décisionnels dans le hockey mineur !

La lumière au bout du tunnel arrive cette semaine !  En effet, le drummondvillois d’adoption et directeur général des Voltigeurs de Drummondville, Dominic Ricard (photo du haut), fait partie d’un groupe qui vient de lancer la ligue de hockey préparatoire scolaire (LHPS)!  Cinq établissements scolaires de niveau secondaire feront partie de cette ligue qui permettra aux jeune joueurs de hockey de 13 à 17 ans d’évoluer dans un environnement favorisant la réussite scolaire.

Quelques blogues parlent de ce sujet dont celui-ci !

De gros noms supportent ce projets:   Mathieu Darche, joueur du Canadien, Stephan Lebeau et Marc Bureau, anciens joueur du canadiens.  Les entraineurs seront d’anciens professionnels, d’anciens joueurs de la LHJMQ et des éducateurs physiques.

Je ne peux que saluer cette initiative et prier pour que les jeunes de 5 à 13 ans puissent bénéficier de cet avantage un jour.  Chapeau aux instigateurs et longue vie à votre ligue !  Si vous avez besoin de moi, I’m in !!!  ;o)

Au cours de la dernière semaine, sans doute à cause du statut de « client chouchou » de notre entreprise, nous avons eu le privilège de recevoir notre copie avant lancement du fameux livre de Michelle Blanc, Les médias sociaux 101, écrit en collaboration avec Nadia Seraiocco.

À l’instar du blogueur Renart Léveillé, je me lance dans la critique de ce livre qui nous permet de démystifier les Facebook, Twitter, LinkedIn et autres réseaux sociaux de ce monde.  Je cite ce blogueur car ma critique ressemblera quelque peu à la sienne !

En partant, je donnerai une note de 9 / 10 sur ce livre car, suite à ma lecture rapide (je ne suis vraiment pas un lecteur assidu mais j’ai décidé de faire un effort pour la cause !), j’ai reconnu le style unique de Michelle ainsi que sa capacité à vulgariser cet univers pour le rendre accessible au commun des mortels et aux gens d’affaires.  Elle a su, en 160 pages, résumer une bonne partie des mes 4 ans de consultation avec elle !  Considérant les honoraires payés par Dessins Drummond au fil des ans, nous sommes donc heureux d’avoir obtenu cette copie avant tout le monde!  ;o)

Plus sérieusement, cet ouvrage est idéal pour toute personne et/ou entreprise qui ne s’est toujours pas lancé dans les médias sociaux, de comprendre ce qu’ils sont et de maîtriser les termes de base.  Même après 4 ans de médias sociaux avec Michelle, j’ai encore appris quelques éléments importants en lisant son livre.  Elle a même su me faire rire !  Faut le faire avec un sujet aussi sérieux.

J’ai beaucoup apprécié le lexique en fin de livre qui permet au lecteur encore plus pressé que moi de capter, en quelques pages, l’essentiel de cet univers.  La terminologie du Web est complexe et cette section est un outil de référence rapide, comme le livre au complet l’est.

Pourquoi ne pas avoir accordé un 10 /10 ?  C’est là que je fais un critique de moi!  Dans ma copie de livre, j’ai noté quelques erreurs de terminologie qui font en sorte que le lecteur néophyte peut se perdre dans les explications.  Ces erreurs furent transmises à Michelle et je sais que le tout sera corrigé.  En deuxième lieu, Michelle aurait-elle pu aller plus loin ?  Peut-être.  Mais l’objectif de vulgariser pour un public autre que ses « habitués » est atteint.  Elle ira sûrement plus loin dans un prochain livre!

Bravo Michelle et Nadia!  Je me suis bien amusé et instruit en lisant ce livre.  Ce sera avec plaisir que je vous reverrez au lancement de lundi.

Le 11 septembre dernier se tenait, sur les allées du magnifique club de golf Royal Bromont, la 7e édition de l’Omnium Michel Blouin dont je vous parle à chaque mois de septembre ! 

Michel est un ami de l’Université de Sherbrooke qui est malheureusement décédé de la Leucémie il y a maintenant 12 ans.  C’était un rassembleur naturel qui voulait laisser sa marque mais le sort en a décidé autrement, malheureusement.  Ses amis ont pris sur eux qu’il puisse réellement laisser sa marque et nous pouvons dire « Mission Accomplie ».

Voici le courriel reçu des gens de Leucan hier:

L’Omnium Michel Blouin

Depuis maintenant 7 ans, les amis de Michel Blouin, décédé à l’âge de 30 ans, organisent un omnium de golf en son nom. La première édition de l’Omnium Michel Blouin avait permis d’amasser 13 000 $. Ambitieux, enthousiastes et déterminés, ces amis se sont engagés à chaque année, pour se dépasser…et ils l’ont fait, atteignant cette année la somme de 100 250 $ en dons pour Leucan en une seule édition. Depuis leurs tous débuts en 2004, ils ont été nombreux à participer à l’organisation. Soulignons les organisateurs de l’édition 2010 : M. Philippe Guay, Mme Geneviève Vigneault, Mme Isabelle Gagnon, Mme Isabelle Deslandes, M. Martin Chapados, Mme Renée Roy et le président d’honneur M. Pascal Ialenti, PDG de Venmar.

L’effort collectif des organisateurs 2010 et ceux des années précédentes, M. Yves Carignan, Nicolas Marcoux, Michel Blais et Marie-Hélène Moore, ont permis de remettre à Leucan l’incroyable somme de 323 250 $ à ce jour.

Félicitations à ce groupe d’amis pour leur merveilleux travail et pour leur fidélité à Leucan. Leur appui est d’une valeur inestimable et nous leur en sommes infiniment reconnaissants.

Que dire de plus…  C’est un immense honneur d’avoir apporté mon humble contribution à cet événement pendant 4 ans et c’est un immense plaisir de voir qu’il continue et qu’il a dépassé le cap des 100 000$ !  Bravo !

À l’an prochain !

Un sondage pour un mémoire universitaire

Écrit par Yves Carignan @ 3:42
Filed under: Conférences,Coup de coeur

Au cours des denrières années, j’ai eu la chance de participer à plusieurs conférences et d’assister aux différents Webcom à Montréal afin de discuter de technologies Web 2.0 en entreprise et ainsi expliquer notre cheminement en tant qu’entreprise dans cet univers.

L’obtention du prix international Intrablog 2.0, a contribué à faire connaître Dessins Drummond dans toute la communauté Web au niveau international.  Une visibilité unique pour une PME québécoise qui, selon Michelle Blanc, fut quelque peu pionnière au niveau du 2.0 en entreprise.

Cette visibilité Web a aussi fait en sorte que j’ai eu la chance de participer à une recherche d’une étudiante universitaire qui est à rédiger un mémoire sur les blogues d’entreprises du Québec.  Cette étudiante se nomme Karine Vezeau et elle m’a demandé de mettre à votre disposition un sondage qu’elle aimerait que les lecteurs de mon blogue puissent compléter.

Votre contribution à sa recherche lui permettra de remettre un mémoire plus précis et facilitera sa cueillette de données.  Je vous remercie à l’avance de cliquer sur ce lien et de répondre au sondage.

Merci !

 



Recevez les billets par courriel!


Propulsé par FeedBlitz

Suivez-moi sur...

octobre 2017
L M M J V S D
« Jan    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031