Yves Carignan
Président - D.G.
Dessins Drummond Inc.

Blogue en Plan

Architecture, Gestion, Conférences, Stratégies, Affaires, Actualité

In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player



13 septembre, 2013

Entrevue avec Jeff Fillion sur Radio Pirate

Écrit par Yves Carignan @ 2:40
Filed under: Affaires,Dessins Drummond,Entrevues Média

Lors de la matinée de jeudi dernier, j’ai profité de mon passage à Québec pour aller saluer l’équipe de Radio Pirate et son capitaine, l’unique Jeff Fillion.  Comme vous le savez, il m’arrive d’être inerviewé par Jeff quelques fois par année et je prends toujours un plaisir à répondre à ses questions qui tournent tant autour de l’industrie de la construction que de l’actualité en général.

Toujours plaisant et divertissant de revoir ces gens; je vous partage ici le contenu de mon interview dans lequel nous parlons du ralentissement en construction, de style de maison, de tendances, de « propreté » et…  de la SAQ!:

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Bonne écoute et vos commentaires sont les bienvenus !  🙂

27 août, 2013

Mon entrevue au Journal La Presse

Écrit par Yves Carignan @ 7:05
Filed under: Actualités,Affaires,Dessins Drummond,Entrevues Média

Au cours de mes vacances estivales, La journaliste Nathalie Côté est entrée en contact avec moi afin de me questionner sur ma vision des chefs d’entreprises présents sur les réseaux sociaux.  Le résultat de cette entrevue fut publié hier dans La Presse, section CV.

Je suis très content du résultat de cet article;  l’essentiel de mon propos fut reporté et mon message fut bien rendu par Madame Côté.

Il est vrai que la présence d’un chef d’entreprise dans les médias sociaux continue de fasciner car, traditionnellement, et même si les technologies 2.0 ne sont pas ancrées dans nos moeurs depuis des siècles, la majorité des gestionnaires d’entreprise ont une crainte de s’y lancer.  La nouveauté et l’inconnu peuvent faire peur aux plus conservateurs et c’est bien normal.

Je fus souvent appelé à commenter sur le sujet de ma présence sur les médias sociaux et j’ai eu l’immense plaisir de prononcer plusieurs conférences à ce sujet par le passé.  Même si le temps me manque, j’adore bloguer et échanger sur les médias sociaux.  Je considère ces outils comme une excellente façon de maintenir le contact professionnel et personnel avec une communauté que nous n’avons souvent pas l’occasion de rencontrer en personne.

Dans l’article de La Presse dont nous parlons ici, Mme Francine Charest et M. Didier Dubois y vont également de leurs commentaires et suggestions avec lesquelsje suis passablement d’accord.  Je mettrais cependant un bémol dans tout l’aspect « stratégique » relié à la présence d’un dirigeant d’entreprise sur les réseaux sociaux.

Je crois que la présence d’une entreprise sur les réseaux sociaux doit effectivement faire partie d’une stratégie afin de ne pas trop s’y perdre et d’y dire n’importe quoi.  Cependant, la présence de l’un ou de tous ses dirigeants doit aussi être intégrée à cette stratégie sans pour autant tuer leur spontanéité.

Je m’explique:  un dirigeant d’entreprise qui sera présent sur les réseaux sociaux et qui y fera des commentaires essentiellement stratégiques risque de devenir un peu drabe à la longue.  C’est comme si un(e) critique de cinéma ne ferait que des commentaires positifs sur des films qu’il (elle) a visionnés…  Le dirigeant qui blogue, facebook ou tweete doit nécessairement avoir une couleur, au risque de voir des commentaires semblables à ceux que j’ai déjà reçus, tel qu’indiqué dans le texte de Madame Côté.  J’ai appris à être moi-même et à ne pas me cacher derrière un faux-masque grâce aux précieux conseils de Michelle Blanc et je dois admettre que cela fut très bénéfique.  L’authenticité est la clé d’une bonne présence 2.0.

L’important est de montrer que nous sommes des humains et de ne pas se cacher derrière l’image du parfait entrepreneur.  Lorsque je reprends les commentaires de clients insatisfaits et que nous mettons le tout en ligne en expliquant comment nous avons ou allons régler le problème, cela peut faire partie d’une stratégie de transparence mais amène un côté humain, « normal », que peu d’entreprises prônent mais qui devraient prôner.   De montrer publiquement que nous faisons des erreurs et tentons de les corriger montrent que nous voulons bien servir le client et désirons constamment nous améliorer.

En ce qui concerne la divulgation d’éléments plus personnels, je crois que cela fait aussi partie de l’humain et de la couleur que nous voulons nous donner.  Lorsque j’ai parlé du cancer de ma mère et de ses traitements, mon but premier était d’écrire pour me libérer;  c’était ma façon de sortir ma peine.  Les lecteurs de mon blogue y ont vu une belle ouverture et un humain derrière le dirigeant. Ce n’était pas mon but premier mais comme en affaires, nos décisions peuvent nous amener complètement ailleurs !

Si le gestionnaire parle seulement de gestion, les lecteurs se blaseront rapidement. S’il parle de ses sentiments et de ses émotions face à certains aspects de la gestion, il deviendra plus intéressant car le lecteur verra un humain derrière l’entrepreneur, ce que nous sommes tous, il va sans dire!

Oui, vous devez être un bon communicateur, oui, vous devez aimer écrire et émettre vos opinions et oui, il y a un léger danger à dire ce que vous pensez.  Et si quelqu’un vous dit qu’il n’achètera pas chez vous à cause de vos opinions, dites-vous bien qu’il n’aurait sans doute jamais acheté de toute façon et songez à ceux que vous avez acquis comme clients grâce à vos opinions et votre présence!  Tant que la balance est positive, continuez !!!

Mais de grâce, restez vous-mêmes !

5 août, 2013

Le leadership obligatoire en situation de crise

Écrit par Yves Carignan @ 12:12
Filed under: Actualités,Affaires,Gestion,Opinion

Tout comme vous, je fus un témoin impuissant de la terrible tragédie de Lac-Mégantic qui a fait près de 50 morts le 6 juillet dernier.  Chacun fut horrifié et nous avons tous eu le sentiment que ce genre de choses ne doit plus jamais arriver…  Il suffit malheureusement d’un terrible accident pour prendre les meilleures décisions…  Souhaitons qu’elles soient prises!

J’ai décidé d’écrire aujourd’hui sur cette situation et plus particulièrement sur ma vision d’un chef d’entreprise en rapport avec un autre chef d’entreprise, soit M. Ed Burkhardt, président de la Montreal, Maine & Atlantic Railway et la façon dont il s’est pris pour gérer cette crise.

Vous vous souvenez de la crise du verglas ?…  Comment aviez-vous trouvé MM. Lucien Bouchard et André Caillé lors de cette crise majeure?

Calme, présence rassurante, suivi et surtout, prise en main de la situation.  Voilà qui rassure une population.

La situation de Lac-Mégantic est bien différente car il y a eu plusieurs morts, un feu digne des plus profonds ténèbres et une incompréhension globale de la situation.  M. Burkhardt devait se douter que tous les projecteurs seraient dirigés sur lui.

Je m’attendais donc à voir un homme solide, faire face à la musique et surtout, témoigner une sympathie sans borne à cette population dévastée.

M. Burkhardt est arrivé en parlant au média d’erreurs de pompiers, d’erreur de son conducteur et j’en passe…

Dans une situation de crise, un chef d’entreprise doit se comporter en bon père de famille et tenter de calmer le jeu malgré la situation.  Il doit prendre conscience qu’il part avec deux prises contre les médias et l’opinion publique:
1- Il est un homme d’affaires, ce qui est rarement bien perçu dans ce genre de situation
2- Il fait partie d’une tragédie sans en connaître encore son rôle

Dans son cas, une 3e prise l’attendait au tournant:  il ne parle pas français.  YOU’RE OUT BEFORE THE FIRST PITCH !

Je trouve épouvantable que M. Burkhardt se soit présenté si peu préparé et avec un discours accusateur envers les autres interveants.  Qui peut lancer le blâme sur des pompiers qui risquent leur vie ?  Comment un chef d’entreprise peut-il frapper publiquement sur son employé avant même que l’enquête soit terminée ?  Quel genre de leadership cette personne apporte-t-elle à son entreprise ?

Déjà que la MMA était pointée du doigt dès le début, il aurait fallu qu’il se présente rapidement, contrôle le cirque médiatique et s’implique personnellement dans cette galère mais le mal était fait;  les citoyens de Lac-Mégantic semblent avoir eu plusieurs démêlées avec cette entreprise et l’accusé était pendu avant sa condamnation.  Sans jeu de mot, il a même jeter de l’huile sur le feu en accusant quiconque et en se lavant les mains de toute responsabilité.  Il me faisait penser à un enfant qui se fait prendre à mentir alors que les parents savent déjà le dénouement.  Il pousse même l’audace à accuser les autres!

Morale de cette histoire?  Un chef d’entreprise doit constamment gérer son entreprise de la façon la plus moralement acceptable et tenter de protéger sa réputation (celle de l’entreprise, bien sûr). Si un incident survient, il a le devoir de prendre le contrôle, d’en protéger les employés et d’aller au front de façon humaine et responsable et faire preuve d’empathie pour les gens touchés.

Nous devons franchir certaines étapes avant de se présenter devant les médias dans une telle situation et de conserver un côté humain est la base de tout…  Encore faut-il en avoir un !…

C’est la base d’un leadership en entreprise so, if you can’t stand the heat, get out of the kitchen!

 

 

11 mai, 2013

En cette Fête des mères… Une pensée toute spéciale pour la mienne

Écrit par Yves Carignan @ 4:26
Filed under: Personnel

Je tente de reprendre le dessus et d’être plus présent sur cette blogosphère mais comme les projets d’affaires et les besoins familiaux ne manquent pas depuis quelques temps, je néglige cet aspect que j’aime pourtant beaucoup:  écrire et commenter!

En ce samedi, veille de la Fête des Mères, je ne veux rien commenter sur les affaires ni sur la politique!…
J’ai une pensée toute spéciale pour ma mère et un grand besoin de lui rendre hommage…

Pour ceux qui ne le savent pas, ma mère fut atteinte d’un cancer du poumon il y a 4 ans et elle était en rémission depuis l’année dernière, moment où cette putain de maladie a décidé de s’attaquer à son oesophage…

Elle a subi d’autres traitements de chimio et, depuis les Fêtes, la maladie sembl

 

e stagner.  Un répit pour elle…

Mais comme la masse cancéreuse est derrière l’oesophage, elle affecte le fonctionnement de ce tube qui va de la gorge pour se rendre jusqu’à  l’estomac.  Selon le gastro-entérologue, le signal envoyé aux muscles de l’oesophage est brouillé par cette masse cancéreuse;  résultat:  lorsqu’elle mange, certains muscles de l’oesophage font descendre la nourriture tandis que d’autres la font remonter!…  résultat, effet de blocage et elle s’étouffe fréquemment, voire à chaque repas…

Je me suis donc décidé à aller avec elle et mon père rencontrer le Dr. Rateb, à Sherbrooke, afin de regarder les différentes solutions pour ma mère.  Comme elle se nourrit peu dû à sa condition, elle pèse maintenant moins de 100 livres et ses forces diminuent de jour en jour.  Ce gentil et attentionné médecin a donc suggéré de procéder à une gastrostomie percutanée endoscopique, communément appelée PEG.  Cette intervention lui permettra de se nourrir directement par l’estomac et ainsi se refaire des forces.  L’intervention fut pratiquée par mon bon ami, le chirurgien drummondvillois Richard Laplante, lui-même qui avait opéré ma mère lors de son premier cancer.

Ajoutée à l’installation de son PEG, le Dr. Laplante a aussi soigner une plaie dans le dos de ma mère qui lui faisait du mal depuis un an.  Elle devait changer ses pansements aux 2 ou 3 jours depuis un an !…  Dr. Laplante a donc remédié à cette situation et le tout devrait être réglé.

Les deux interventions ont eu lieu dans la même journée…  Je ne faisais qu’accompagner mes parents et j’ai trouvé la journée longue et exténuante, imaginez pour ma mère!…

Lors d’une discussion entre mon père, le Dr. Laplante et moi, ce dernier nous suggérait de garder ma mère à l’hôpital afin de s’assurer de bien démarrer son gavage (je n’aime pas ce mot!) via son PEG et lui donner l’occasion de se reposer et de récupérer ses forces.  Enfin, ma mère sera nourrit convenablement et pourra gagner un peu de poids et reprendre ses forces!…

Elle devrait sortir dans quelques jours…

Maman, tu passeras la journée de la Fête des Mères à l’hôpital…  Je crois que ce fut la bonne solution et j’espère que la vie fera en sorte que tu puisses te « refaire » un peu!

Toute ta vie, tu nous a enseigné d’être courageux et de foncer pour obtenir ce que l’on veut;  je regarde comment tu gères ta maladie et, effectivement, le mot « courage » te décrit très bien!

Tu m’as souvent dit que « tout finit par s’arranger » lorsque j’étais dans des situations difficiles, et tu avais raison!  J’ai le goût de te dire la même chose!  Nous avons tout en main pour que les choses s’arrangent; souhaitons que le cancer soit coopératif !

Je suis triste de te voir souffrir et de voir que tu dois passer encore du temps à l’hôpital, me semble que tu as beaucoup donné de ce côté…
Je suis fier de te voir te battre même si je sens combien tu as le goût de sortir le drapeau blanc…  Je comprends!
Toute ta vie, tu as donné beaucoup aux autres, il est temps que les autres s’occupent de toi!  Laisse-toi gâter un peu…

Je te souhaite une merveilleuse journée, entourée des tiens!  Je pense à toi très fort et je suis très heureux de t’avoir accompagné jeudi lors de cette longue journée!  C’est un peu ma façon de te remettre tout ce que tu as fait pour moi même si j’aimerais tellement en faire plus…

Mes voeux sont relativement simples et complexes à la fois…  Je te souhaite de reprendre du mieux, de te nourrir sans t’étouffer, de profiter des journées avec papa, voire même reprendre ton siège derrière lui sur sa moto !  Je te souhaite de ne plus passer la majeure partie de tes journées à dormir, dû à ton incapacité à te nourrir convenablement; je sais que de te nourrir représentait une souffrance pour toi et non un plaisir…  Et quand un plaisir devient une souffrance et que ce même plaisir est une nécessité à la vie, on a un problème !…  Mais ce dernier est résolu et j’espère que tout entrera dans l’ordre.

Maman, je t’aime de tout mon coeur et veux revoir ton sourire et tes beaux grands yeux bleus regarder la vie de façon positive.
Comme tu le sais, je serai toujours là pour toi comme tu l’as été pour moi, quoi qu’il arrive !
Tu m’as éduqué en me transmettant de belles valeurs et l’une d’elles est que je prendrai toujours soin de ceux que j’aime et qui m’aiment!  Tu fais partie de ceux-là, très haut dans ma liste!

Un merci tout spécial aussi à mon père qui ne lésine sur rien pour que ma mère soit bien.  Il fut de tous ses déplacements à l’hôpital et la supporte quotidiennement depuis le tout début.  Jamais il ne demande de l’aide.  Quand le curé leur a dit il y a 52 ans: « pour le meilleur et pour le pire », mon père a compris vite et nous le prouve à chaque jour!

Mon père aura 77 ans dans une semaine !…   Et oui, il fait toujours de la moto mais a réduit ses déplacements à 15 ou 20 000 km / année au lieu des 30-35 000 km habituels !!!  Il roule plus avec sa moto que moi avec mon auto!  Je suis fier de toi papa et merci pour tout ce que tu fais!  Tu es mon idole et le restera pour toujours!…

Bonne Fêtes des Mères à toutes les mamans, en particulier à toi, Marie-France, qui est la mère de mes enfants choyés !  Tu es la plus merveilleuse au monde…  ex-aequo avec ma mère !  ;o)

xx

28 février, 2013

Le droit à l’erreur… si elle est avouée !

Écrit par Yves Carignan @ 1:11
Filed under: Droits d'Auteur,Gestion,Opinion

Je regarde mon blogue et je n’en reviens tout simplement pas comment le temps passe vite!…  Mon dernier billet date du 10 octobre 2012 et, comme bien d’autres, j’ai toutes les raisons du monde pour expliquer pourquoi le délai fut si long entre mes deux billets!  Michelle Blanc ne serait pas fière de moi car elle m’a souvent dit que la réussite d’un bon blogue dépend, entre autre, de notre constance à bloguer !…   Ouch !

Lorsque l’on gère une entreprise, le temps devient une ressource rare et nos besoins de cette ressource sont illimités!

Le développement et le lancement de notre nouveau site axé sur les rabais relié à l’habitation, Coupons Maison, a pris une bonne partie de nos énergies depuis l’été dernier et nous sommes très heureux du résultat!  Je vous invite d’ailleurs à consulter le blogue de Coupons Maison!

Le démarrage d’une nouvelle entreprise est un défi de tous les instants et un travail continu, étape par étape.  Je tiens à féliciter toute l’équipe de leur excellent travail et de leur assiduité.

Mais un démarrage d’entreprise peut avoir son lot de joies et de surprises!…  Et une de ces surprises m’est arrivée la semaine dernière!…

Le coup de barre dans le front!
Au cours de cette semaine, j’effectuais une vigie quotidienne de la page Facebook de Dessins Drummond et je vois le statut de l’ami Dany Paquin dont je vous fournis une copie ici:

Le commentaire pertinent de Francis Bédard qui dit que notre logo (maison verte) ressemble à celui de DuProprio me glace le sang et fait monter mes pulsations cardiaques d’un trait!  Je vais directement sur le site de DuProprio et m’aperçois de la ressemblance…  Je prends quelques respirations…  Je suis en état de pseudo-choc pour 3 raisons:

1. Je me bats pour faire respecter les droits d’auteurs de Dessins Drummond et voici que les apparences sont totalement contre nous;
2. Je connais et respecte énormément Nicolas Bouchard, Président de DuProprio avec qui j’ai d’excellentes relations;
3. Je sais que Nicolas se bat contre des entreprises qui tentent de reproduire le concept de DuProprio et qu’il n’a certainement pas besoin que nous fassions un logo semblable au sien dans ses activités quotidiennes !…

Je m’empresse d’envoyer une note de mon constat à Nicolas et de lui présenter mes excuses et ce dernier me contacte sur mon cellulaire afin de discuter de la situation.  Notre discussion est professionnelle et, même s’il ne me le demande pas, je lui annonce que je vais revoir notre logo dans les prochains jours.  Nicolas apprécie et ne met aucune pression.  Je n’en ai pas besoin et je sais ce que j’ai à faire ! 🙂

L’exemple avant/après qui suit vous démontre les modifications apportées, surtout au niveau de la petite maison verte qui était au coeur du malaise.  Le logo de droite, avec le pointillé, sera dorénavant le logo utilisé pour CouponsMaison.

Dans toute cette histoire, je suis fier d’avoir réagi rapidement et d’avoir eu la chance de contacter Nicolas avant qu’il ne le fasse.  Et même si plusieurs me disaient que ce n’était pas « si semblable que ça », je me ferai toujours un devoir de respecter l’image des autres et de ne pas porter le public à confusion entre deux marques et/ou logos.  Il en coûte extrêmement cher de développer une image d’entreprise, personne n’a le droit d’en copier n’en serait-ce qu’une partie pour promouvoir la sienne.  C’est de l’entrepreneurship de bas niveau.

Le MeaCulpa fut fait et je crois que la faute fut pardonnée par M. Bouchard et les gens de DuProprio;  milles excuses encore!

Je dois avouer que la beauté de cette petite saga est que je trouve le nouveau logo plus beau et représentatif de notre entreprise!…  Comme quoi qu’une faute avouée est à moitié pardonnée et que le changement de comportement amène des améliorations !

Il est donc payant d’être honnête et droit.  Les gens que vous côtoyez vous le rendrons.

10 octobre, 2012

La Cigale et la Fourmi version Québécoise !

Écrit par Yves Carignan @ 3:59
Filed under: Non classé
La cigale et la fourmi

http://ygreck.typepad.com/

Je viens de recevoir ce texte via courriel;  et ce n’est pas parce que l’on rit que c’est drôle!

« VERSION CLASSIQUE de la fable:

La fourmi travaille dur tout l’été…  dans la canicule, elle construit sa maison et prépare ses provisions pour l’hiver.
La cigale pense que la fourmi est stupide; elle rit, danse et joue tout l’été.
Une fois l’hiver arrivé, la fourmi est au chaud et bien nourrie.
La cigale grelottante de froid n’a ni nourriture ni abri et meurt de froid.

 

VERSION QUÉBÉCOISE de la même fable:

La fourmi travaille dur tout l’été… dans la canicule, elle construit sa maison et prépare ses provisions pour l’hiver.
La cigale pense que la fourmi est stupide; elle marche dans les rues, s’indigne et frappe sur des casseroles tout l’été.
Une fois l’hiver arrivé, la fourmi est au chaud et bien nourrie.

La cigale grelottante de froid organise une conférence de presse et demande pourquoi la fourmi a le droit d’être au chaud et bien nourrie tandis que les autres MOINS CHANCEUX – comme elle – ont froid et faim.

Les médias organisent des émissions en direct qui montrent la cigale grelottante de froid et passent des extraits vidéo de la fourmi bien au chaud dans sa maison confortable avec une table pleine de provisions.

Les Québécois sont frappés d’apprendre que dans un pays si riche, on laisse souffrir cette pauvre cigale tandis que d’autres vivent dans l’abondance.

Les associations contre la pauvreté manifestent devant la maison de la fourmi.

L’hélicoptère TVA survole le nid de la fourmi. Les journalistes organisent des interviews demandant pourquoi la fourmi est devenue riche sur le dos de la cigale et interpellent le gouvernement pour augmenter les impôts de la fourmi afin qu’elle paie sa juste part. En réponse aux sondages, la reine Pauline rédige une loi sur l’égalité économique et une loi (rétroactive à l’été) d’anti-discrimination.

Les impôts de la fourmi sont augmentés et la fourmi reçoit aussi une amende pour ne pas avoir embauché la cigale comme aide. La maison de la fourmi est reprise par les autorités car la fourmi n’a pas assez d’argent pour payer son amende et ses impôts. Les chefs syndicaux s’en réjouissent et Gabriel Nadeau-Dubois fait une conférence de presse concernant l’égalité et la gratuité pour tous.

La fourmi n’a d’autre choix que de quitter le Québec pour s’installer avec succès en Alberta.

TVA fait un nouveau reportage sur la cigale maintenant engraissée. Elle est en train de finir les dernières provisions de la fourmi bien que le printemps soit encore loin. Pierre Bruneau ne manque pas de signaler que c’est grâce à la vigilance des journalistes qu’une telle injustice envers la cigale a été réparée.

L’ancienne maison de la fourmi, devenue logement social pour la cigale, se détériore car cette dernière n’a rien fait pour l’entretenir.

Des reproches sont faits au gouvernement pour le manque de moyens.

Une commission d’enquête est mise en place, ce qui coûtera 10 millions $.

La cigale meurt d’une overdose;

Les journalistes commentent sur l’échec du gouvernement à redresser sérieusement le problème des inégalités sociales.

La maison est squattée par un gang coquerelles. Les coquerelles organisent un trafic de marijuana et terrorisent la communauté….

C’est comme ça que ça se passe dans notre Beau Québec ! C’est ce qu’on appellerait un SOUS-DÉVELOPPEMENT DURABLE. »

Comme quoi les interventions médiatiques et gouvernementales ne sont pas toujours les meilleures solutions !  😉

17 septembre, 2012

La Gratuité, le Gaspillage et GND

Écrit par Yves Carignan @ 7:34
Filed under: Actualités,Gestion,Implication sociale,Opinion

Samedi le 8 septembre, j’ai falli m’étouffer en lisant l’article « Petit Déjeuner avec GND » dans La Presse, écrit par le complaisant gauchiste et anti-américain, Patrick Lagacé.  Ma description de M. Lagacé vous fera comprendre que je ne partage pas grand chose de ces opinions mais je dois avouer qu’il a le don de traiter de sujets qui me font réagir et c’est, en partie, son travail.  Il m’arrive même de regarder ce qu’il écrit en me disant; « Bon, qu’est-ce que mon ami gauchiste a à dire contre les américains ce matin? »  Notez que je n’ai rien contre les gauchistes; ça en prend pour balancer les débats.  Mais j’ai de la difficulté avec ceux qui ne s’avouent pas ouvertement alors que le jupon dépasse un peu trop, comme Patrick Lagacé!

Toujours est-il que  l’article parlait de sa rencontre avec Gabriel Nadeau-Dubois, GND pour les intimes…  Tout le monde se souvient de ce personnage qui ne laissait personne indifférent;  le militant veut la gratuité scolaire et un Québec Socialiste, voire communiste, un point c’est tout!  À constater le succès que ces deux systèmes politiques ont connu à travers le monde, il est donc normal qu’une certaine classe de la population veuille l’adopter !!  (Sarcasme…)

J’en ai parlé sur ce blogue, au début de la crise surnommé le « Printemps Érable », que je suis contre l’augmentation des frais de scolarité.  Pourquoi?  Parce qu’il paraît, à un moment donné de notre histoire, que nous avons fait un choix de société (je ne fus définitivement pas invité à ce meeting…), où nous avons convenu que les québécois paieraient beaucoup d’impôts et de taxes en retour de services médicaux extraordinaires, d’un système d’éducation le plus performant au monde et des routes à faire envier l’univers!…  Si on veut augmenter les frais de scolarité, j’en conviens que je dois avoir un avantage de l’autre côté!  Baisse de taxes?  Baisse d’impôts?  Rien de tout cela?…  alors, je suis contre cette hausse!  Qu’on diminue le rôle del’État dans d’autres secteurs, que l’on administre mieux notre argent, que l’on baisse mes impôts et je vais m’arranger pour payer l’éducation de mes enfants, comme la trèsgrande majorité de parents.

Je réitère que le problème de nos gouvernements n’en est pas un de revenus mais bien de dépenses…

D’un autre côté, pas parce que je suis contre une éventuelle hausse des droits de scoilarité que je deviens automatiquement pour la gratuité scolaire.  Oh que NON!  Car si quelque chose vous est offert gratuitement, c’est que quelqu’un, quelque part, le paie pour vous!…

Pour en revenir avec mon étouffement concernant le texte de M. Lagacé, voici la phrase de GND qui fut reportée dans le texte:

« L’endettemeent étudiant, ce n’est pas un plan au sens d’un complot.  Mais il y a quelque chose de systémique: si on endette les étudiants, on change leur rapport avec les études.  Avec 40 000$ à rembourser, tu ne seras pas intéressé par la philo ou par l’histoire de l’art. Le marketing et le Génie vont te sembler bien plus intéressant (…) C’est une manière efficace pour modeler de parfaits petits consommateurs du XXIe siècle. »

Si cette phrase est le seul argument de GND, je lui répondrai que si tu vas au CÉGEP ou à l’Université dans un seul but d’agrandir ta culture personnelle, comme il semble l’expliquer dans cet extrait, ça s’appelle un hobby (tel que décrit dans un billet, jadis, par Steph Guerin concernant les subventions) et la société n’a pas à payer pour cela.  Si on finance à 87% l’éducation post-secondaire à même nos taxes et impôts, c’est que nous prenons le pari que ces jeunes contribueront au système à leur tour un jour, comme je le fais et vous le faites actuellement!…  C’est ma vision d’une sociale-démocratie: tu aides l’autre et il en aidera d’autres un jour.  Si tu passes 20 ans de ta vie sur les bancs d’école et que, par la suite, tu ne travailles pas dans ton domaine car les techniciens en histoire de l’art ne sont pas en grande demande, il y a un manque à gagner que d’autres doivent combler.  Plate, mais RÉEL.

Selon l’argument de gratuité scolaire pour des formations « non-rentables » mais combien enrichissantes intellectuellement (lire « hobby »), je devrais demander que le gouvernement paie pour mon vélo et mon équipement de hockey car, grâce à cela, je me tiens en forme et je me tiens loin des hôpitaux, donc, je contribue à une société meilleure car mes hobbies font de moi un homme mieux dans sa peau, capable de mieux vivre et ainsi être plus productif!

 

Le syndrome de la machine à café…

Mon argument est bien simple:  dès qu’il y a gratuité, il y a gaspillage.

Prenez l’exemple de la machine à café au bureau:  mettez le café gratuit pendant un mois et vous verrez un volume d’environ 4 tasses de café/jour, par employé.  Ajoutez un frais d’un (1) dollar et vous verrez la consommation diminuer de 75%…  Pourquoi?  Est-ce que le paiement enlève la soif ?…  Bien sûr que non.  Mais le fait de mettre un montant pour un café lui donne une valeur et évite le gaspillage.  Peut-être trop simple pour les artisans de l’éducation gratuite mais le jour où ils devront payer pour les autres, ils comprendront…  Si ce jour arrive!

Même chose pour la gratuité scolaire; un CÉGEP ou une Université gratuite ferait en sorte que nous aurions des étudiants éternels dans plusieurs facultés et départements.  ce qui augmenterait la population étudiante, nous devrions alors agrandir les universités et CÉGEPs et les frais de cette décision seraient immenses.  Maintenons donc les frais de scolarité mais assurons-nous que les fonds des universités et CÉGEP soient gérés adéquatement.

Je vous laisse pour quelques jours!  Je dois aller travailler pour combler les manques des universités !  🙂

 

 

 

7 septembre, 2012

Entrevue avec Jeff Fillion – Mardi le 5 septembre sur Radio Pirate

Écrit par Yves Carignan @ 12:42
Filed under: Non classé

Quel lendemain d’élections !…  Sans trop regarder les événements au cours de l’été, j’avais fixé cette date du 5 septembre avec Jeff Fillion pour aller le visiter en studio et discuter, comme je le fais de temps en temps, de ce qui se passe dans l’industrie de la construction.  Quel timing !  🙂

Étant au lendemain des élections portant Pauline Marois au pouvoir et que nous avions été tous témoins de la tentative d’attentat, devinez de quoi nous avons parlé ?!!  Je me suis endormi vers 1h00 du matin, un peu secoué par les événements du Métropolis dont je fus témoins une heure avant; la levée du corps à 6h00 fut quelque peu difficile!

Mais quel plaisir d’aller discuter avec Jeff et sa bande!  J’adore cette formule du talk radio et ce fut agréable de discuter politique avec eux d’entrée de jeu.  L’entrevue est coupée de 10 minutes puisque Jeff avait eu la chance d’interviewer Sam Hamad et nous avons par la suite discuté  des sujets touchant Dessins Drummond tels:

– La nouvelle norme concernant l’efficacité énergétique
Les 374 polluants intérieurs ayant un effet sur l’asthme et la meilleure solution pour diminuer leur effet
– Les séminaires Dessins Drummond partout en région
– L’ouverture des nouvelles agences de Dessins Drummond à Tremblant, Ste-Marie, Baie-Comeau et Baie St-Paul

Bonne écoute !

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.


Cliquez ici pour télécharger l’extrait.

31 août, 2012

Les subventions et crédits d’impôts aux entreprises

Écrit par Yves Carignan @ 10:07
Filed under: Actualités,Affaires,Dessins Drummond

Image du Blog maesha3-fetenoel2.centerblog.net

Le moment est bien choisi de discuter de priorités et de diminutions des dépenses de l’État en cette fin de campagne électorale.  Il est doublement bien choisi car j’ai eu une conversation avec une gentille dame de l’Agence du revenu du Canada à propos d’une demande de crédit d’impôt à l’investissement (CII) effectué en 2011, et dont je ne me souvenais même pas du contenu, même chose pour les employés figurants sur la liste fournie par le gouvernement.  « C’est quoi ça? » me suis-je fais répondre!

Toujours est-il que la dame en question communique avec moi par téléphone et m’explique les tenants et aboutissants de ma demande et pourquoi elle est refusée.  Comme Dessins Drummond n’a jamais eu de subventions ni aide de tout acabit depuis sa création (à part pour le programme de temps partagé à une certaine époque et quelques petits montants « surprises » lors du développement des USA), je ne fus pas surpris de ce refus et je n’ai surtout pas budgété cet entrée d’argent de la part du gouvernement.

Cette petite expérience me confirme le pourquoi je suis un citoyen de centre-droite, plus à droite qu’au centre, au niveau politique et que je suis constant dans mon approche, tant au niveau personnel que professionnel.  Si je suis un apôtre de la réduction de la présence de l’État et de ses dépenses, je le suis jusqu’au bout et je crois que nous devrions éliminer ces subventions et crédits d’impôts aux entreprises afin de devenir plus efficaces.  Je m’explique:

Je crois que l’entreprise privée doit être auto-suffisante et développer sa clientèle et ses produits avec l’aide des institutions financières existantes.  Je crois que nous devrions créer une collaboration avec l’État pour deux raisons:  Des start-ups dans des domaines en progression et pour redresser des entreprises connaissant des difficultés dans leur marché qui demeure en émergence.  Mais les subventions directes et crédit d’impôts?  NON.

Premièrement, ces programmes gouvernementaux sont complexes et exigent beaucoup de temps à compléter.  Qui dans une PME a le temps et les connaissances pour effectuer ce type de travail?  Personne…  On se fait alors dire d’embaucher des concultants spécialisés pour aller chercher ces subventions en retour d’une portion du montant acquis ou des honoraires fixes.  Ainsi, on paie quelqu’un pour aller chercher des fonds dans un programme pour lequel nous payons…  Tous d’honnêtes travailleurs; mais est-ce logique ?

Si je continue mes démarches pour obtenir mes CCI, je ne mets pas mes énergies à faire avancer mon entreprise.  Je tasse donc rapidement ces dossiers et me concentre à ce qui crééra cette richesse corporative à notre entreprise.  Ces programmes sont complexes et nécessitent beaucoup de ressources, tant humaine que financière.

Deuxièmement, la dame qui m’a contacté m’a expliqué le programme de long en large et je sentais que j’avais affaires avec quelqu’un de solide et de brillant.  J’ai reçu sa lettre aujourd’hui et je constate que ses études sont assez complètes:  B.Sc.A et MBA.  Cette dame serait sans doute une perle dans la gestion d’une entreprise privée!…  Je ne sais pas combien d’employés de sa trempe travaille dans son département ni combien ils sont rémunérés mais je me dis que l’on doit dépasser les six (6) chiffres par employé.  Tant mieux pour eux!  Mais nous payons tous pour ces salaires et est-ce qu’ils participent à la création de la richesse collective malgré leur bon vouloir?  Je suis un peu attristé de voir que tant de gens de qualité oeuvre pour la « distribution » de la richesse plutôt qu’à sa « création » mais bon, c’est mon humble opinion!  Une chose est certaine:  La gestion de ces programmes est coûteuse.

Ma solution serait la suivante:  On retire la majorité de ces programmes, on diminue les impôts des corporations et on favorise les « starts-up » et les redressements d’entreprises dans des marchés qui ont un avenir, via des programmes gouvernementaux intégrés à des investissements privés.

Je sais que certains me diront que je prêche pour ma paroisse en disant de diminuer les impôts des corporations mais voici pourquoi je pense que c’est une bonne chose en vous expliquant ce qui se passe chez nous:  Le développement de notre entreprise passe par les nouvelles technologies, l’acquisition de matériel performant et de personnel qualifié.  Tout cela se paie en grande partie avec les revenus et aussi les profits de l’entreprise.  Si l’impôt vient en chercher plus, j’en investit moins et Dieu sait que nous pourrions embaucher plus de personnels et developper encore plus!  Pour ce faire, je devrais demander des subventions en complétant des formulaires complexes et en travaillant des heures pour les compléter adéquatement !!!…  Vous voyez que c’est un cercle vicieux ?  Laissez-moi notre argent et je vais m’arranger avec les investissements!  La présence de l’État dans l’économie est une nuisance au développement de notre société, sans parler des pertes de temps et des cadeaux aux « zamis » des partis politiques…

Le gouvernement et certains citoyens ont peur que je me remplisse les poches avec cet argent? Car on sait que nos valeurs judéo-chrétiennes font en sorte que toutes les femmes ou hommes d’affaires sont des multi-millionnaires qui aiment exploiter les gens et qui se palaient dans le malheur des autres tout en jouant dans leur argent, comme Oncle Picsou (voir photo en haut de ce texte)!

Si un propriétaire retire de l’argent de son entreprise, on appelle cela un dividende (entre autre) et nous payons un impôt d’autour de 30% au lieu du 21% corporatif.  Donc, il est plus payant de conserver l’argent dans l’entreprise, de la réinvestir et de créer des emplois!  Ça l’est!  Mais cela pourrait l’être encore plus!  Enlevons les subventions, diminuons le 21% et maintenons (voire augmenter!) l’impôt sur les dividendes!  De cette façon, « les bottines suivront les babines », comme on dit!  Les dirigeants d’entreprises obtiendront des baisses d’impôts pour réinvestir, créer des emplois et réembaucher les excellents employés de l’État!

Il devient frustrant quelques fois d’être un chef d’entreprise et de voir des employés quitter pour des emplois aux différents paliers de gouvernements (fédéral, provincial, municipal) à cause du fait que ces employeurs offrent des conditions que le privé ne peut offrir (salaires, fonds de pension, congés pour tout ou rien, etc)…  mais les revenus de ces différents paliers ne proviennent-ils pas de nos taxes et impôts!…  Toujours le même cercle vicieux qui opère…

D’où mon idée de payer pour « CRÉER » de la richesse et non pour la « DISTRIBUER ».  Nos gouvernements doivent s’occuper de santé, éducation, infrastructures routières et des plus démunies (les vrais!)  mais pas trop jouer dans la création d’une « spin » interminable et frustrante…

En terminant, ce vous suggère cet excellent texte de David Descôteaux que j’ai trouvé à la fin de l’écriture de ce billet!  On ne pourra m’accuser de ne penser qu’à mes poches!  Les vôtres aussi m’inquiètent!

Bon week-end de la fête du TRAVAIL!  🙂

28 août, 2012

Les Affaires et la Politique …

Écrit par Yves Carignan @ 5:03
Filed under: Actualités,Affaires,Opinion

Tout d’abord, je tiens à vous dire que je suis heureux de revenir dans la blogosphère après une absence trop longue !  Ne me demandez pas ce qui s’est passé, je ne peux moi-même l’expliquer!  Chose certaine, j’ai vu que mon dernier billet datait du 4 juin  alors, je me suis dit qu’il était temps!

Cette fois-ci, je désire vous traiter d’un sujet que j’ai abordé dans le passé:  Les Affaires et la Politique !

Sujet délicat si l’en est un, la politique demeure difficile à discuter même en famille et entre amis.  Quelque soit votre allégeance, quelque soit votre pays, même.  La discussion est difficile et tombe rapidement dans l’émotion.  Ce sujet fut traité aujourd’hui même dans un texte de Antoine Palangié sur Yahoo! Finances.

Je vous dirais que mon rôle de président d’entreprise peut apporter certaines situations délicates car, comme diraient certains, « j’ai beaucoup à perdre!… »  Une personne qui oeuvre dans un secteur où il n’a pas à convaincre un client d’acheter son produit ou ses services a une liberté plus grande qu’un chef d’entreprises lié à un secteur d’activités très compétitif.

Devenir drabe et sans couleur ne m’intéresse pas vraiment, ce ne serait pas moi.  J’ai eu beau essayer de me retirer de certains débats, je tombe souvent en « rechute » comme je me plais à dire à mes confrères blogueurs Dany Paquin et Frédéric Langis.  Être soi-même est une base du bonheur alors, j’ai décidé d’être heureux sans pour autant être imprudent!…  Voici mes humbles trucs pour avoir une couleur politique tout en étant en affaires:

– Discuter avec respect; l’autre a droit à son opinion même si vous n’êtes pas d’accord avec!  Pas facile celle-là! 🙂
– Attention à vos statuts Facebook ou Twitter et surtout à qui vous les faites!…  L’écrit ne donne pas le ton et certains ont la mèche courte!
– Un ménage de vos amis Facebook et de votre Tweetlist peut s’imposer quelques fois!… Est-ce que vous tolérez les gens qui vous font monter la pression autour de vous ?  Non?  Pourquoi les tolérer dans les médias sociaux?…  Out !  C’est bon pour vos artères.
– Ne discutez de rien que vous ne feriez pas en personne…  Assumez ce que vous dites, les gens vous apprécieront encore plus.
– Allez-y avec humour!  Ayez la subtilité d’un caricaturiste pour expliquer votre vision en mots!
– Avoir le dernier mot est souvent impossible !  Je le sais!…

Certains vous diront que d’être ami sur facebook ou de suivre quelqu’un sur Twitter qui pense différemment de vous apporte une vision autre que la vôtre.  Ils diront également que c’est trop facile de tasser les gens qui ne pensent pas comme vous, que c’est lâche…  Si vous voulez faire comme certains et passer 8 heures par jour à vous obstiner avec des gens experts dans ce domaine (l’obstinage), que grand bien vous fasse!  Moi, je vais dans les médias sociaux pour m’informer, m’amuser et me changer les idées…  ou en trouver de nouvelles!  À chacun sa vision.

La chose que je déplore le plus actuellement dans les médias sociaux est le manque total d’ouverture.  On dirait que certains sont présents sur ces sites uniquement pour faire avancer leurs idées, sans respect, avec violence et intimidation, tout en pronant la démocratie…  L’épopée (j’espère qu’elle se terminera bientôt!…) des carrés rouges et la présente campagne électorale nous ont montré le visage violent et « prêt à tout » de certaines personnes.  La saga de la grève étudiante fut la bougie d’allumage de mon ménage Facebook et Twitter et je vous garantie que je m’en porte mieux!  Je ne conserve que les gens que je sais qui sont respectueux tout en poussant leurs idées à leur façon, préférablement humoristique.

De plus, mes opinions ne touchent que moi;  pas celles de mon entreprise ni de mes employés.  Ceux-ci sont majoritairement présents dans les médias sociaux et ils y vont de leurs opinions, sans subir de contre-coups de la part du patron!

C’est ça, la vraie démocratie!

Donc, oui, la politique et les affaires peuvent se marier, à condition que cela respecte certaines règles, comme dans un vrai mariage ! 🙂

 



Recevez les billets par courriel!


Propulsé par FeedBlitz

Suivez-moi sur...

août 2017
L M M J V S D
« Jan    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031