Yves Carignan
Président - D.G.
Dessins Drummond Inc.

Blogue en Plan

Architecture, Gestion, Conférences, Stratégies, Affaires, Actualité

In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player



Archive du 18 novembre, 2008

Profitant de quelques jours de vacances la semaine dernière, je me suis lancé dans la lecture intensive !

Voici le premier livre lu:

« État d’Urgence » (De la mauvaise traduction « State of Fear« ) du regretté Michael Chrichton.  Le triste décès de cet auteur prolifique a fait en sorte que son nom a beaucoup circulé dans les médias au cours des dernières semaines.  

En roulant vers le travail un bon matin, j’ai arrêté ma recherche de station de radio sur Radio Pirate sur XM 172 et l’équipe de Jeff Fillion parlait de ce livre comme étant un chef d’oeuvre de littérature car il expliquait une version des faits du fameux réchauffement de la planète comme quoi le tout était monté en pièces par les éco-terroristes afin de s’assurer de généreux dons de la part de la communauté.  Ces revenus étant essentiels pour nous sauver de la catastrophe qui nous attend (yeah, right…).  

Une portion du livre parle justement de cette peur créée de toute pièce par le monde politico-juridico-médiatique qui se résume ainsi:  si les gens ont peur, c’est bon pour les politiciens (attaque en Irak pour contrôler les terroristes), c’est bon pour les avocats qui pourront faire de l’argent avec cette peur et aussi pour certains médias qui inonderont le public de grands titres accrocheurs sans profondeur.  

L’histoire raconte ce type de contrôle par les organismes environnementaux extrêmes qui veulent faire croire le lien direct entre la production de GES et le réchauffement planétaire.  Le livre est tout simplement renversant car, même si l’histoire est romancée, les faits, tableaux et statistiques sont véridiques…  Un livre idéal pour ceux qui croient que tout ce qui dit dans les médias est vrai !…  Michael Chrichton était reconnu pour la précision de sa documentation et le fondement de ses arguments. C’est donc un bon présage au contenu.

Chrichton a écorché les médias en général dans son livre et, même ici à Montréal, un journaliste comme Richard Martineau en parle dans son blogue et se fait un devoir de rabaisser ce bouquin…  il nous propose même un lien qui est supposé détruire les théories du livre de Chrichton mais qui me laisse personnellement très peu convaincu.  Je crois que M.Martineau devrait lire sa consoeur Nathalie Elgrably plus souvent;  elle y va avec des faits, elle, comme Chrichton, au lieu d’opinions sans fondements…

Voici un exemple:

Or, l’existence d’un consensus est un leurre. Depuis 1992, des scientifiques de renom affirment que les changements climatiques dépendent davantage de l’activité solaire que des émissions de CO2. La semaine passée, la Oregon Institute of Science and Medicine a rendu publique une pétition de 32 000 scientifiques qui contestent le lien entre les CO2 et le climat.

32 000 SCIENTIFIQUES

Évidemment, aucun média n’a jugé bon de rapporter cette information. Manifestement, ils jugent que la parole de 32 000 scientifiques est insignifiante à côté de celle d’Al Gore ou d’un représentant de Greenpeace ! Quand on pense à la couverture dont a bénéficié le rapport du GIEC signé par 2 500 experts, on s’explique mal le mutisme des médias face à la position prise par 32 000 scientifiques.

Des questions ?…

 J’ai la vulgaire impression que dans 20 ans, ceux qui ont cru à cette peur de la destruction de la planète par les gaz à effets de serre seront dans le même bateau que ceux qui croient que Kennedy fut tué par Oswald !…  Nous verrons…  Vous savez, je ne croyais en rien des ravages prévues des pluies acides, il y a 20 ans, qui étaient supposées nous décoller la peau des os et regardez aujourd’hui:  personne n’en parle ! Le problème est-il réglé ?  Sais pas…  La peur fut poussée à un autre niveau qui s’appelle le réchauffement planétaire.  

Avant de me faire lapider par les environnementalistes, je dois faire un statement de mon côté vert en disant que je crois que chaque être humain doit toujours regarder à poser des gestes pour améliorer notre environnement et ainsi améliorer le mieux-être de chacun.  Il a aussi le devoir de se renseigner avant de dire des énormités;  ne pas vous fier à une seule source d’information, de grâce !…  Ne vous faites pas guider par la peur, servez-vous de votre tête.  Consommez mieux.

La morale de ce livre est excellente et vous prouvera que nous devons mieux développer notre sens critique.  Crichton termine, en parlant des écologistes, des instances gouvernementales et de la grande industrie en disant: « Tout le monde a des intentions cachées, pas moi! »

J’ajouterais que tous ceux qui tentent de nous empêcher de nous renseigner adéquatement ont des intentions cachées; documentez-vous !…  

Bonne lecture !

 

 

 

Share
 



Recevez les billets par courriel!


Propulsé par FeedBlitz

Suivez-moi sur...

novembre 2008
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930