Yves Carignan
Président - D.G.
Dessins Drummond Inc.

Blogue en Plan

Architecture, Gestion, Conférences, Stratégies, Affaires, Actualité

In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player



Archive du 22 janvier, 2009

La situation s’améliore !

Écrit par Yves Carignan @ 9:07
Filed under: Personnel

J’ai le plaisir, pour le 99e billet de ce blogue qui est en ligne depuis février 2008, de vous dire que je viens de passer une journée merveilleuse !

Ce matin, après une nuit écourtée par le stress et la toux de mon petit dernier, je suis allé voir ma mère afin de m’assurer de sa condition générale.  Marie-France m’accompagnait car j’étais très anxieux et j’avais des images de la veille que je ne voulais pas nécessairement revivre.

À mon arrivée à l’aile des soins intensifs, je demande à l’infirmière si je peux aller voir ma mère et, lorsqu’elle entend ma voix, je la vois, à ma gauche, à 30 pieds de moi, sur son lit.   Elle se retourne et je vois son sourire et ses magnifiques yeux bleus dans une chambre d’hôpital un peu sombre !  Je n’en crois pas mes yeux (qui sont verts et moins beaux que ceux de ma mère !!!)

« Qu’est-ce que tu fais là ?!  Tu es assise !!  Tu n’as pas mal ? »  Je suis tellement heureux que j’éclate en sanglots en la serrant dans mes bras !  Elle est dans une forme splendide et elle a toute sa tête malgré la médication !  Quelle belle image !

Elle me dit qu’elle va bien et qu’elle a bien dormi.  Marie-France et moi sommes bouche-bée;  moins de 24 heures après avoir perdu son poumon gauche et 3 côtes, elle nous jase comme si nous irions prendre un café chez elle !  Marie-France a fait le commentaire suivant qui dit tout:   » Vous semblez tellement en forme qu’avec autre chose qu’une jaquette d’hôpital sur le dos et un peu de maquillage, on crorait que vous êtes à la maison ! »

J’ai immédiatement contacté mon père pour le rassurer, lui qui venait la voir en après-midi;  « Tout va bien papa !  Je crois que nous n’aurions jamais dû la voir immédiatement après son opération et attendre à ce matin !!! »

L’infirmière a même demandé à ma mère si elle voulait d’asseoir sur une chaise pour dîner !  Elle a dit oui et elle s’est levée de son lit, s’est assise et nous a jasé le tout comme si rien ne s’était passé ! 

En ce 22 janvier, c’est comme si je me suis réveillé d’un mauvais cauchemar et que la vie est magnifique !

Merci à vous tous de votre soutien et je vous tiens au courant.

Yves

Share

L’intervention chirugicale est passée !…

Écrit par Yves Carignan @ 1:24
Filed under: Personnel

Quelle journée…  Pour ceux qui ne me connaissent pas, je vous explique que je n’ai presque pas d’expérience des hôpitaux.  J’ai la chance d’avoir une génétique qui me tient loin des problèmes de santé et je fais tout pour éviter les hôpitaux.

Ma mère a subi son intervention chirurgicale cet après-midi afin d’enlever cette tumeur de son poumon gauche.  Après une attente interminable près du bloc opératoire, (chaque seconde que vous voyez votre mère souffrir est une seconde de trop), elle fut admise en chirurgie à 12h30 et en est ressortie à 17h30…  5 heures sur la table d’opération. 

Je tiens à remercier du fond de mon coeur mes deux amis chirurgiens, Richard Laplante  et Mathieu Lalancette, qui ont participé à cette chirurgie, avec un « hug » spécial à Richard qui a pris le dossier de ma mère en main.  Un merci spécial aussi à Steven Miller, chirurgien, et Michel Camiré, Orthopédiste qui ont aussi participé à cette opération.  Je n’entends que du bien de ces gens et je partage les satisfactions de mes compatriotes.  Je suis certain que ma mère aura une tarte au sucre pour vous !  Sachez que c’est un privilège exclusif à notre famille, jusqu’à maintenant !  ;o)

Un merci spécial aussi au radiologue Yves Drouin qui fut la bougie d’allumage de cette démarche ainsi qu’à l’équipe d’infirmières et infirmiers de l’Hôpital Ste-Croix; Il faut avoir besoin de vous pour vous apprécier à votre juste valeur !  Merci de vos petites attention réconfortantes;  vous êtes de vrais professionnels.

Bon, le vif du sujet…  On dirait que je ne veux pas trop en parler !…  Malgré le succès de la chirurgie,  j’ai la certitude que le vrai défi commence.

Parlons-en de cette chirurgie: ma mère a perdu son poumon gauche au complet dû au fait que des analyses ont confirmé la présence de ganglions cancéreux près de sa veine pulmonaire inférieure.  Les médecins n’ont pris aucune chance et ont enlevé le maximum qu’ils ont pu enlever.

La tumeur ayant envahi la paroi pulmonaire ainsi que la cage thoracique, ma mère a également perdu 3 côtes qui seront remplacées par une membrane spéciale qui reconstruira une forme de cartilage dans cette région, afin de remplacer les côtes supprimées… Juste d’écrire ces lignes me donnent des frissons mais je sais qu’ils ont fait ce qu’il fallait.

En effectuant la chirurugie, Richard a fait analyser des ganglions suspects qui se trouvaient sous la veine pulmonaire gauche;  malheureusement, ces dernières étaient cancéreuses…  ce qui veut dire que la chimiothérapie sera probablement nécessaire et que la tumeur de ma mère est de stade T3-N1

Nous laissons donc ma mère se reposer avant d’attaquer la prochaine étape.  Ce soir, à minuit 36, je suis détruit mais je sais que je ne me peux me permettre d’être détruit trop longtemps;  la victimisation ne fait pas partie de ma vie et je sais que maman aura besoin de moi, de mes frères, de ma soeur et de mon père.  Nous serons toujours là pour elle.

C’est bizarre comment des événements difficiles comme ceux-ci peuvent apporter d’autres événements positifs…  J’ai passé cette journée de fou avec mon père et nous ne nous sommes pas lâchés d’une semelle.  Durant les 5 heures de chirurgie de ma mère, nous sommes venus nous reposer chez moi et je l’ai vu dormir sur mon divan…  Je le sentais en confiance et ça me réconfortait.  On aurait dit que les rôles étaient inversés…

Nous sommes retournés à l’hôpital vers 16h15 et ce n’est que vers 18h00 que Richard est venus nous retrouver et nous avons eu la « chance » d’aller voir ma mère à la salle de réveil…  Le choc !!!  On aurait dit qu’ils l’avaient vieillie de 25 ans !  Elle semblait souffrir et Rick m’a confirmé qu’elle pourrait, effectivement, avoir mal…  C’en était trop pour moi;  et mon père tentait de conserver son sang-froid.  On nous dit que nous pourrons la revoir aux soins intensifs d’ici 30 minutes.  Nous quittons la salle de réveil et nous nous assoyons dans la salle d’attente pour « regrouper nos émotions ».  Nous avons les larmes aux yeux et c’est la première fois que je vois papa pleurer…

Nous partons prendre notre 10e café de la journée et nous discutons de tout cela.  Je sens une connection avec mon père que je n’ai jamais sentie de ma vie; cette maladie nous rapproche encore plus et nous avons la conviction que nous devons être forts pour accompagner ma mère.

Quelques minutes plus tard, nous avons la chance de la voir aux soins intensifs et, malgré quelques douleurs, elle nous sourit et demande à mon père d’être prudent lors de son retour à la maison…  C’est tout simplemennt phénoménal et je l’aime pour tout cela et bien plus !

Nous la laissons se reposer et quittons l’hôpital pour nous rendre chez nous (nous sommes dans la voiture de mon père et c’est moi qui conduit).  Arrivés chez moi, je lui offre de rentrer et il refuse; il veut retourner chez lui et je le comprends.  Comme c’est moi qui conduisait, je sors de la voiture et il sort lui aussi, du côté du passager.  On se croise devant l’auto et je lui souhaite bonne route et il me tend la main, comme si on venait de signer un deal d’affaires.  Je l’ai empoigné et je l’ai serré dans mes bras pour la première fois depuis mon enfance.  Imaginez:  dans la même journée, je vois ma mère hospitalisée pour la première fois, je vois mon père pleurer pour la première fois et nous pleurons dans les bras l’un de l’autre pour la première fois !…

Il est présentement 1h00 du matin, je suis triste mais comblé.  Je veux que ma mère arrête de souffrir mais il y a quelque chose entre mon père et moi que personne ne pourra m’enlever .  Je pleure et suis heureux.  Bref, tout est fucké!…

Ma mère entamera donc la prochaine étape d’ici quelques semaines et, peu importe ce que sera cette étape, elle sera supportée par une famille plus forte que jamais!  Seuls les gens qui ont vécu le cancer de près pourront comprendre mon propos.  Je le sais car jamais je n’aurais pu comprendre avant.

Merci à vous tous pour votre soutien, vos commentaires et ce que vous êtes; vos commentaires me touchent et touchent toute ma famille.  Tous les commentaires que ma mère n’a pu lire avant son hospitalisation seront imprimés et je les lui lirai à chacune de mes visites. 

Vous serez partie intégrante de sa guérison.

Merci pour tout.

Share
 



Recevez les billets par courriel!


Propulsé par FeedBlitz

Suivez-moi sur...

janvier 2009
L M M J V S D
« Déc   Fév »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031